bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

L’importance de garder présent à l’esprit le pourquoi de notre prière!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’importance de garder présent à l’esprit le pourquoi de notre prière!

Message  Invité le Mer 22 Sep 2010 - 10:30

Garder le cap

Tout art, toute discipline requiert premièrement… un vouloir de l’âme, une application de l’esprit dont jamais on ne se désiste. Faute d’y être fidèle en toute ardeur et persévérance, on ne parviendrait pas à la fin désirée. » De fait, « quiconque veut sérieusement y exceller se le propose sans cesse, et dans cette vue souffre tous les labeurs, les dangers et les pertes d’une âme égale » (1).

Voilà qui peut nous aider à réfléchir sur notre vie de prière, qui doit trouver son chemin dans un contexte où le zapping sous toutes ses formes tend à l’emporter sur la persévérance, où une certaine précarité – professionnelle, familiale – rend difficultueuse toute inscription dans la durée, où la sensibilité en vient à se méfier de tout exercice de la volonté.

D’où l’importance de garder présent à l’esprit le pourquoi de notre prière, qui peut être différent pour chacun et évoluer au cours d’une existence. Ainsi, certains seront plus sensibles à l’aspect d’intimité vécue avec Dieu ; d’autres, à sa dimension de respiration indispensable pour une authentique croissance dans l’amour du Seigneur et du prochain ; d’autres encore, à sa puissance de guérison, de consolation ou de libération. Autant de motivations qui nous aideront à traverser les épreuves et à tenir dans la durée.

Mais déterminer ce que nous recherchons dans la prière, suppose en amont, d’avoir réveillé ce désir de Dieu qui, selon les Pères de l’Église, nous est naturel. Certes, il peut être tellement affaibli que nous en venons parfois à l’ignorer, mais il n’en subsiste pas moins à l’état de trace, perceptible dans notre aspiration à une plénitude de vie et de communion avec autrui ; dans cette intuition que jamais rien de fini ne pourra nous combler.

Or c’est à partir de ce désir de Dieu que nous pourrons faire le tri et réorienter tous les désirs qui nous habitent : ceux qui peuvent soutenir notre vie de prière, et ceux qui lui font obstacle. Car la prière n’est pas exempte de ces motivations ambiguës qui ne peuvent étayer notre quête dans la durée et les nuits : fuite de la réalité, envie de nous poser à nos propres yeux ou à ceux d’autrui…
Autant dire qu’il n’est pas superflu de nous clarifier. Ainsi, serons-nous en mesure de mieux entendre Dieu « frapper sans cesse à la porte de notre cœur, pour que nous lui ouvrions afin qu’il entre et repose dans nos âmes, que nous lui lavions les pieds et les couvrions de parfums ». (2)


1 Jean Cassien, «Répondre à l’appel du Christ. La vie spirituelle à l’école des Pères du désert», Foi Vivante, Cerf (textes choisis), XIVe Conférence.
2 Saint Macaire, IVe siècle, «Les Homélies spirituelles de Saint Macaire, le Saint-Esprit
et le chrétien», Abbaye de Bellefontaine.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum