bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook
anipassion.com

"mon témoignage"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"mon témoignage"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 9:59

A la demande de l'administrateur je vous fais partager mon témoignage figurant sur la lettre écrite a mon évêque pour ma demande de confirmation :

Monseigneur,


Mon histoire est très longue. Je suis convaincu que le Seigneur a toujours eu un œil sur moi et ce, malgré tous les «déboires» de ma vie passée.


Ma mère m’a fait baptiser lorsque j’étais bébé à Lille. Je ne suis pas allé au catéchisme et n’ai pas fait de communion. J’ai donc été en quelque sorte baptisé par «tradition familiale». Lorsque j’étais jeune, j’étais un enfant hyper actif comme on dit aujourd’hui et assez difficile. J’ai "mal tourné" à l’adolescence.


Le Seigneur est venu à ma rencontre par le moyen de mon épouse qui était évangélique et c’est donc par les évangéliques que je L’ai connue. Mon pasteur m’avait, à l’époque, demandé d’écrire mon témoignage que je vous fais partager avant de reprendre cette lettre plus loin.


"J'ai été un jeune perdu comme on en voit beaucoup. Je consommais toutes les drogues que je pouvais connaître. J'étais violent et alcoolique. Je me battais souvent dans les rues pour un oui ou pour un non. Avec ma famille la relation était tendue et ma mère s'inquiétait très souvent à mon sujet.

Un jour, une voisine sidéenne en phase terminale me dit :"Quand je ne serai plus là, prends les clés de mon appartement, vas chez moi et prends ce que tu veux... au moins cela servira à quelqu'un..."


Quelques jours plus tard, elle décéda... j'allai chez elle comme elle me l'avait demandé, j'y pris quelques objets et une Bible. Je pris cette Bible de façon machinale sans vraiment y penser en pensant : " un jour je la lirai "peut-être."

Les mois passèrent sans que j'ouvre cette Bible.


Un jour, après une bagarre, je me retrouvai à l'hôpital. Là bas, je croisai mon voisin du premier étage. Nous étions dans la salle d'attente lorsqu'il me dit :"Connais-tu Jésus ?." Je lui répondis que non mais, curieux, je voulus en savoir plus. Il me proposa de venir avec lui dans son Église, et le vendredi soir suivant, nous y allâmes ensemble. Pendant la prière, je ressentis un Amour surpuissant impossible à contenir et je me mis à pleurer... et à pleurer... comme je ne l'avais plus fait depuis longtemps.


Il m'invita chez lui et, avec sa femme, ils prièrent pour moi. Je repris ensuite mes mauvaises habitudes.


Quelques semaines plus tard, ivre mort en rentrant chez moi, je ne parvins pas à mettre ma clé dans la serrure. Je m'assis sur l'escalier et me mis à parler tout seul et à pleurer sans me rendre compte que j'étais au pied de la porte de ma voisine d'en face. Au bout d'un moment je sentis qu'on m'écoutait. C'était la voisine qui, après être restée un long moment à m'écouter, me demanda gentiment de rentrer chez moi parce qu'il se faisait tard. Je m'exécutai promptement.


Le temps passa. Un soir que j'étais plongé dans une profonde angoisse, je me mis à genoux et criai vers Dieu de toutes mes forces : "Si tu existes, fais quelque chose ! Tu ne peux pas me laisser comme ça !" Cette prière venait des profondeurs de mon être au point qu'en sanglots, je ne parvenais plus à reprendre mon souffle.


Quelques jours plus tard, je reçus la visite de cette voisine de palier accompagnée d'une amie. Elles étaient venues me dire :"Connaissez-vous Jésus savez vous qu’il vous aime ?". Comme j'étais en train de pleurer lorsqu'elles frappaient à ma porte, je leur fermai celle-ci au nez en disant : "pas maintenant, ce n'est pas le moment."


Je ne cessais de croiser Sabrina (ma voisine) dans les couloirs et l’ascenseur de l’immeuble. Un jour, nous fûmes amenés à parler de la foi et de Dieu. Elle m'invita, elle aussi, à venir dans son assemblée. Cela me plut : j'aimais la communion fraternelle qui y régnait ; mais, malgré qu'on m'y ait confié, pendant une courte période, un ministère de louange (à la guitare), je n'étais pas convaincu par les prédications qui sortaient les versets de leurs contexte leur faisait dire autre chose.


Avec Sabrina, nous nous voyions assez souvent et partagions une amitié sincère jusqu’au jour où nous tombâmes finalement amoureux.


C'est alors que nous fîmes la connaissance d'un missionnaire qui proposait des études bibliques approfondies, en plus des cultes et de l'étude des premiers chrétiens.


Un peu plus tard je dus me défaire de mon appartement et habiter un temps chez Sabrina. Notre nseignant nous reprit et nous encouragea à vivre séparés jusqu’au mariage, il me proposa d’habiter un appartement situé dans sa maison. Pleinement touchés par le Saint esprit, nous décidâmes de faire ainsi. Et trois mois plus tard, je donnai mon cœur et ma vie au Seigneur par l’eau et par l’Esprit. Puis, un mois après, nous nous mariâmes Sabrina et moi, devant le Seigneur et nous échangeâmes nos veux éternels.


En conclusion, je fus délivré de la drogue, de l’alcool, des tranquillisants et de la méthadone en quelques mois seulement. Dieu me fît la grâce de trouver un emploi qui me plaisait. Ma famille toute entière se rapprocha de moi..... Mais ce n’est pas tout ! Ma famille qui était divisée depuis des années se ressouda et pardonna.


Je me suis marié avec quelqu’un que je croisais depuis trois ans dans l’immeuble, comme quoi il n’est pas souvent nécessaire d’aller chercher l’amour trop loin…"

Je connus ensuite une «perte de foi» qui me conduisit à quitter l’église dans laquelle nous nous ouvions. Au bout d’un an, je me remis à fumer et à boire et finis un soir, après m’être battu, à l’hôpital. Avec mon épouse les choses étaient devenues difficiles. Nous étions suivis depuis un an par un conseiller conjugal catholique : «Mme XXX ». "Mon mari est diacre" nous avait-t-elle dit.

Après mon séjour à l’hôpital, je vécus un soir, une expérience que je ne saurais décrire pour le moment. Ce que je puis vous dire c’est que j’acquis la certitude absolue que Dieu m’aimait malgré tout et qu’il me pardonnait. Mon cœur resta contrit plusieurs semaines et un jour en ouvrant la bible je tombai sur la parabole des talents. Je savais.... j’en étais convaincu, qu’à ce moment précis, cette parabole m'était adressée.


Je voulais depuis longtemps faire quelque chose pour le Seigneur mais rien de ce que je faisais ne onctionnait. Alors fort de la conviction qu'avait produite en moi, cette parabole, j'entrepris de surfer sur internet pour parler du Seigneur à l'aide de vidéos pour commencer, puis en créant un réseau. Très rapidement, d’autres réseaux réclamèrent mon aide, m'obligeant à quitter le mien.

Ma «connaissance» des écritures et des premiers chrétiens allait grandissant. Finalement, nous décidâmes de retourner dans notre église d’origine où nous fûmes mariés. Le pasteur remarqua très vite mes progrès et me confia l’enseignement de l’église pendant ses quelques semaines d'absence pour voyage missionnaire. Les choses s'étant bien passées, il me proposa, à son retour, de me laisser définitivement, la responsabilité de l’église, et de me nommer diacre.


Seulement voila, en plongeant dans l’étude de la bible et des pères de l’Eglise, Marie était devenue de plus en plus présente. Discrète au début, elle m'était devenue incontournable. Je comprenais de mieux en mieux ce que l’Eglise catholique enseignait dont : la succession apostolique, la communion des Saints, la présence réelle dans l’eucharistie, Marie nouvelle arche, toujours Vierge, nouvelle Ève, le purgatoire et bien d’autre choses encore.

Un jour, nous eûmes un point de désaccord majeur, mon pasteur et moi, concernant le mariage et le divorce. Pour lui le divorce était permis en cas d’adultère (cf. Mt 5, 32). Je lui dis que c'était impossible puisque Dieu ne pouvait divorcer de Son Epouse l’Eglise et que l’infidélité de certains n’annulait pas la fidélité de Dieu (cf. Rm 3, 3)

Bien sur, je ne me suis pas basé que sur ce verset. Mais j’ai réalisé que Dieu ne pouvait avoir abandonné son Epouse originelle et que le Saint esprit ne l’avait jamais quittée (Jn 14, 16). Pour moi, la boucle était bouclée et je compris que je ne ouvais m’en remettre que dans le Magistère de l’Eglise (1 Tim 3, 15 ; 2 P 1,20-21). J’ai donc pris congé de cette église et suis allé tout droit chez lePère Genou que m’avait conseillé ma cousine (qui sera ma marraine).


Il restait tout de même un problème à régler… Comment expliquer tout cela à mon épouse ? Nous avons eu quelques disputes à ce sujet et un jour, en fin d’après midi, alors que nous revenions d’une sortie, je lui avouai mon amour pour Marie. La "pilule" mit un temps à passer… Le soir même, alors que le calme
était revenu et le dialogue restauré, je pris la bible et je lui lus les passages de l’annonciation, la visitation et le magnificat, en les commentant. A la fin, mon épouse pleurait et ne comprenait pas que personne ne lui avait enseigné cela. Sa conversion fût immédiate et depuis, elle est catéchumène et
prépare le baptême. Nous sommes allés à Lourdes, où une véritable dévotion nous est née. Depuis, nous ne nous sommes plus jamais disputés et notre couple se porte à merveille. C’est pourquoi tel l’enfant prodigue, je reviens du désert, mon Père, et je vous implore de m’accorder l’eau de l’Esprit Saint afin de témoigner de ce que le Seigneur à fait pour moi, pour être votre serviteur et à travers vous, le Sien.…


En Christ par Marie.


Dernière édition par Marc Lesage le Mar 25 Oct 2011 - 13:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DIEU ET AMOUR ET MARIE

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 10:22

f;n! Je vous dit merci et vous félicite oui LE SEIGNEUR nous apporte de joie de bonheur quand ça va pas on s adresse a lui et a Marie notre mère a tous

:3h/u6:

i;k,v
2li

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "mon témoignage"

Message  maryline le Mar 9 Nov 2010 - 11:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Marc pour ce témoignage qui parle au coeur : qu'il soit "lumière" pour ceux que Dieu veut éclairer

Oui En Christ par Marie que notre pélèrinage sur cette terre soit béni


Gloire à toi qui étais mort - Gloire à toi qui es vivant
Notre Sauveur et notre Dieu - Viens, Seigneur Jésus.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Amitié Avec Marie pour Jésus
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10981
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 51
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "mon témoignage"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 13:04

pour le partage de ce témoignage
Que Dieu nous garde fidèles à notre sacrement du baptême avec Marie pour son Fils Jésus
Que Jésus renouvelle en nous à tout moment la joie de nous savoir "confirmés-envoyés" et que par son Esprit saint , son esprit aux sept dons nous soyons encore et toujours plus Ses témoins joyeux de la Bonne Nouvelle

Marie, tendresse dans nos vies - Marie, chemin qui mène à Lui,
Ton « oui », fleurit dans notre vie - Merci pour ce cadeau béni !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "mon témoignage"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 13:27

f;n! Marc pour ce témoignage!

:(

Est-ce nous, en effet, qui avons cherché Jésus Christ les premiers ? N'est-ce pas lui au contraire qui nous a cherchés le premier ? Est-ce nous, pauvres malades, qui sommes venus au-devant du médecin ? N'est-ce pas plutôt le médecin qui est venu trouver les malades ? Est-ce que la brebis ne s'était pas égarée avant que le pasteur, laissant les quatre-vingt-dix-neuf autres, se soit mis à sa recherche, l'ait trouvée et rapportée plein de joie sur ses épaules ? (Lc 15,4). La pièce d’argent n’était-elle pas perdue avant que la femme allume une lampe et la cherche dans toute sa maison jusqu'à ce qu'elle l'ait trouvée ? (Lc 15,8)… Notre pasteur a retrouvé sa brebis, mais il a commencé par la chercher ; comme cette femme, il a retrouvé sa pièce d’argent, mais seulement après l'avoir cherchée. Nous avons donc été cherchés, et c'est seulement après avoir été trouvés que nous pouvons parler ; loin de nous donc tout sentiment d'orgueil. Nous étions perdus sans retour, si Dieu ne nous avait pas cherchés pour nous retrouver.

Saint Augustin (354-430), Sermons sur St Jean, n° 7.


2li

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "mon témoignage"

Message  Invité le Mar 9 Nov 2010 - 14:40

Tout d'abord merci a tous de votre accueil et de vos interventions. Je suis également ravi de recroiser Maryline que je n'ai pas revu depuis un petit moment ayant réduit mes activités numérique ;).

La citation que Christine fait de Saint Augustin est plus d’à-propos qu'il n'y semble a première vue.. En effet les mouvements de la réforme on tendance à vouloir de réclamer de "notre Saint" quant a la prédestination et a l'élection (être choisit). Mais passons ce débat qui occupe les théologiens depuis les polémiques entre Pelage et Saint Augustin.

Loin de moi l'idée de vouloir faire de la pub, j'ai commencé à rassembler sur un blog les raisons qui m'ont poussé a devenir catholique à travers l'étude de la parole. Je vous fais donc partager ce blog qui pourra aussi vous servir de "ressources" lors de "disputatio"

Solum Dei Verbum<===Lien

(Seulement le Verbe de Dieu) qui prend le contrepied du "sola scriptura".

Bien a vous tous avec toute mon amour en Christ par Marie f;n!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum