bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Maria Zell (I)+(II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maria Zell (I)+(II)

Message  alice le Lun 17 Jan 2011 - 6:31

17 janvier - France. Pontmain. Notre Dame de Sainte Espérance (1871)
Maria Zell (I)

En 1061, l'abbé d'Einsiedeln vit arriver aux portes du monastère un beau chevalier qui demandait à lui parler. L'étranger est introduit. « Mon révérendissime Père, dit-il à l'abbé, si je viens frapper à votre porte, c'est pour vous prier de me recevoir dans votre sainte demeure, au nombre de vos fils. »

Pèlerin lui demande l'abbé, quel est votre nom ? Et d'où venez-vous ? - Je viens des bords du lac de Sempach. J'ai dit adieu au château de mes pères. Le malheur m'a frappé. Je n'avais qu'un fils, le Ciel m'a ravi cet unique héritier de mon nom et de mes biens. Dieu a permis qu'il trouvât la mort dans les flots. Je m'incline devant la justice et la sainteté de ses décrets. Mon épouse, ma bien-aimée Hedwige, ne voit de consolation, au sein de sa douleur, que dans la vie religieuse. Je partage ses sentiments, et voilà ce qui m'amène en ce jour au seuil de votre saint asile. » Et le noble chevalier Seliger (Béat) de Wohlhausen, qui avait acquis de grandes richesses au service des empereurs à la tête de leur cavalerie, abandonnait à jamais ses biens pour demander le vrai bonheur au service de Celui qui sait et qui peut seul le donner.

Quelques années après, le noble preux, devenu à Einsiedeln le plus humble des fils de saint Benoît, était appelé par les suffrages de ses Frères à la dignité abbatiale. C'était en 1070. Pendant vingt ans, l'abbé Seliger gouverna le monastère avec sagesse. En 1090, sous le poids des ans, il résigna sa charge, et vécut encore neuf ans, qu'il consacra tout entiers à se préparer à une bienheureuse mort. Le 22 avril 1099, il s'endormit dans la paix du Seigneur. Il allait rejoindre dans le Ciel le fils qu'il avait pleuré, et la mère de ce fils, la tendre Hedwige, qui l'avait devancé dans la tombe. Elle était morte à Zurich, vers 1090, dans le monastère des filles de saint Benoît, après l'avoir dirigé saintement pendant de longues années en qualité d'abbesse.

Les deux nobles époux, qui achevaient si pieusement leur vie, avaient une dévotion très vive envers la Mère de Dieu. Dans leur jeunesse, en face de leur castel, qui s'élevait dans la petite île du lac de Sempach, ils avaient construit sur le rivage une chapelle à Marie. Aux yeux du peuple, c'était la chapelle du château. Pour eux c'était la demeure de Marie, Cella Mariae, Maria-Zell.


Mgr G. F. Chèvre
Les principaux sanctuaires de Marie dans la Suisse catholique, 1898

Je vous salue, Marie pleine de grâces ;
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes

et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.



Dernière édition par alice le Mar 18 Jan 2011 - 6:36, édité 1 fois

_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Maria Zell (II)

Message  alice le Mar 18 Jan 2011 - 6:34

18 janvier - Belgique. 2° apparition à Banneux (1933 )
Maria Zell (II)


En 1510, au témoignage de la chronique de Zofingen, un fait extraordinaire ne contribua pas peu à donner un nouveau lustre au sanctuaire de Maria Zell.



La peste régnait à Zofingue et y faisait de cruels ravages. Une jeune veuve en fut atteinte avec ses deux enfants. Elle se nommait Anna Dubliker. Surmontant sa faiblesse, elle court se jeter au pied d'une statue de Marie dans un oratoire prêt à tomber ruines. Marie exauça l'humble prière de sa servante.Anna guérit, ainsi que ses deux enfants. La protégée de Marie, qui était pauvre, n'eut plus qu'une préoccupation : thésauriser l'argent nécessaire pour l'accomplissement de son voeu.Mais son modique trésor n'avait pas encore atteint la somme voulue, lorsque la ville de Zofingue, soumise alors au joug de Berne, vit remplacer la religion du Christ par celle du prêtre apostat Zwingli. On sait qu'elle était la haine fanatique de ce dernier et la fureur de ses sectaires contre la sainte Vierge, les saints, leurs fêtes, leurs sanctuaires, leurs statues et leurs images.



Mais Anna Dubliken ne partageait pas le fanatisme des blasphémateurs. En passant devant l'oratoire de Marie, elle voit un groupe de novateurs occupés à jeter par terre la statue de la divine Mère. Elle prie ces égarés de lui laisser la statue ; ils la lui rendent. Mais comment l'emporter elle-même? Elle supplie un des nouveaux sectaires de lui venir en aide. « Ton idole est trop lourde pour mes épaules, lui répond le blasphémateur, je vais la jeter dans le fossé. » Anna alarmée lui donne tout l'argent qu'elle possédait. L'homme continue à porter son fardeau. Mais lorsque le dernier liard de la veuve est tombé dans sa main, il la plante là, jette la statue dans un buisson et prend la fuite.



Anna ne peut se séparer de son trésor. Elle s'assied auprès de la statue, elle prie, elle attend.Cependant un de ses enfants, en cueillant des fleurs, trouve au pied de la sainte image une pièce de monnaie. A cette vue, la mère creuse le sol et trouve, au même endroit, un vase rempli de pièces d'argent. C'était de la monnaie romaine. Un voiturier vient à passer ; elle lui en donne la moitié pour la conduire avec ses enfants et sa chère statue jusqu'à Sursee, où elle raconte son heureuse aventure.On l'écoute, on s'étonne, on loue, on bénit la Vierge sainte. Au milieu de l'admiration générale, la sainte statue est portée et dressée dans le sanctuaire de Maria Zell.



On conçoit qu'au bruit de cet événement, la dévotion envers la Cella de Marie ne fit que s'accroître d'année en année.



Mgr G. F. Chèvre
Les principaux sanctuaires de Marie dans la Suisse catholique, 1898


Je vous salue, Marie pleine de grâces ;
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.

_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum