bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

J’aimais la conversation des humbles

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J’aimais la conversation des humbles

Message  alice le Mar 15 Fév 2011 - 8:00

15 février - Apparition de l’Enfant Jésus à Lucie de Fatima (Pontevedra, 1926)
J’aimais la conversation des humbles

J'aimais la conversation des humbles. Je ne désirais jouir extérieurement d'aucun privilège tant ce qui touchait à l'humilité me tenait à cœur.
Révélations de la Sainte Vierge à Sainte Brigitte
Livre VII ch.21

Je vous salue, Marie pleine de grâces ;
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.

_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: J’aimais la conversation des humbles

Message  Invité le Mar 15 Fév 2011 - 9:04




En 1917 Marie dit aux enfant de Fatima : "Vous avez vu l'enfer où vont
les âmes des pauvres pécheurs. Afin de les sauver, Dieu veut établir la
dévotion à mon Cœur Immaculé. Si vous faites ce que je vous dis,
beaucoup d'âmes seront sauvées et vous aurez la paix...".
"...tous ceux qui, pendant 5 mois le premier samedi, se confesseront,
recevront la Sainte Communion, réciteront le chapelet et me tiendront
compagnie pendant 15 minutes en méditant sur les 15 mystères du Rosaire,
en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la
mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme. "

* Le 15 février 1926 à Pontevedra (Portugal), au cours d'une apparition
de l’Enfant-Jésus, Sœur Lucie de Fatima demanda quelques précisions sur
la pratique de cette dévotion :
- Lucie : " Mon Jésus, bien des âmes ont de la difficulté à se confesser
le samedi. Si vous permettiez que la confession dans les 8 jours soit
valide ? "
- L’Enfant Jésus : "Oui, elle peut être faite même au-delà, pourvu que
les âmes soient en état de grâce le premier samedi lorsqu’elles me
recevront et que, dans cette confession antérieure, elles aient
l’intention de faire ainsi réparation au Cœur de Marie."
- Lucie : " Mon Jésus, et celles qui oublieront cette intention ? "
- L’Enfant-Jésus : "Elles pourront la formuler à la confession suivante,
profitant de la première occasion qu’elles auront pour se confesser."

* D’après une lettre du 1 novembre 1927 écrite par Sœur Lucie à sa
marraine D. Maria Filoumène Morais de Miranda, il est clair qu’il n’est
pas besoin de formuler son intention au confesseur, mais seulement
d’offrir à Dieu cette confession mensuelle en esprit de réparation
envers le Cœur Immaculé de Marie.

La messe du samedi soir, même s’il s’agit d’une "messe anticipée du
dimanche", peut être comptée comme messe du premier samedi du mois. (TVF
II, p 523)

* Peut-on faire le quart d’heure de méditation pendant la récitation du chapelet ?
Sœur Lucie répond le 3 décembre 1939, dans une lettre au Père Aparicio :
"Puisque la Sainte Eglise permet que pendant la messe on dise plusieurs
prières d’obligation (comme la pénitence de la confession etc.) et que
le précepte en est ainsi satisfait, il ( Mgr Da Silva ) dit qu’il en est
de même dans ce cas. Cependant, pour celui qui le peut, il est plus
parfait de faire chaque chose en son temps."

* Qu’entend-on par "tenir compagnie à Notre-Dame pendant quinze minutes en méditant les mystères du Rosaire" ?
Sœur Lucie nous indique qu’il n’est nullement nécessaire de méditer à
chaque fois les quinze mystères du Rosaire, mais un ou plusieurs à
chaque fois, comme on veut.

* Peut-on faire cette dévotion "à la place de quelqu’un" et lui attirer ainsi les grâces d’une bonne mort ?
Cette promesse ne figure pas explicitement dans les écrits de Sœur
Lucie. Toutefois, dans un texte daté du 17 mai 1943, au sujet de la
dévotion au Cœur Immaculé de Marie, elle écrit : " Les Saints Cœurs de
Jésus et de Marie aiment et désirent ce culte, parce qu’Ils s’en servent
pour attirer les âmes à eux, et c’est là tous leurs désirs : sauver les
âmes, beaucoup d’âmes, toutes les âmes. "

En poussant la logique du moindre effort jusqu’au bout, on peut
satisfaire aux obligations de la dévotion des 5 premiers samedis en
allant à la messe du dimanche le samedi soir, en récitant le chapelet
pendant la messe et en méditant les mystères du Rosaire pendant le
chapelet. C’est sûrement valable dans la forme, mais que reste-t-il de
l’amour pour le Cœur Immaculé de Marie dans tout cela ? N'oublions pas
que la dévotion des cinq premiers samedis a pour but non pas d'assurer
le salut de chaque âme qui l'embrassera, mais, d'une part, de réparer
les outrages commis contre le Cœur Immaculé de Marie et, d'autre part,
de sauver de l'enfer les âmes des pécheurs.
Le salut personnel des dévots est accordé "en prime", pour les remercier de leur contribution au salut des pécheurs !

Le 15 février 1926, Jésus apparut à Sœur Lucie ; au cours de l'échange, Sœur Lucie lui fit part d'une objection que son confesseur lui avait
écrite à savoir que la dévotion des 5 premiers samedis ne faisait pas
défaut au monde, car il existait déjà la dévotion des 15 premiers
samedis en l'honneur de Notre-dame du Rosaire et que la dévotion des
cinq premiers samedis était donc incluse dans cette dévotion. A cela,
Jésus répondit : "C'est vrai, ma fille, que beaucoup d'âmes commencent,
mais peu vont jusqu'au bout et celles qui persévèrent le font pour
recevoir les grâces qui y sont promises. Les âmes qui font les 5
premiers samedis avec ferveur et dans le but de faire réparation au Cœur
de ta Mère du Ciel me plaisent davantage que celles qui en font 15,
tièdes et indifférentes."

* La question du nombre de samedis (pourquoi 5 plutôt que 4 ou 6) avait
été posée à Sœur Lucie par le Père Gonçalves, son confesseur à Thuy.
Voici la réponse de Sœur Lucie :
- Me trouvant dans la chapelle avec Notre-Seigneur une partie de la nuit
du 29 au 30 de ce mois de mai 1930, et parlant à Notre-Seigneur des
questions 4 et 5 [la 4° question était celle du nombre de samedis], je
me sentis soudain possédée plus intimement par la divine présence et, si
je ne me trompe, voici ce qui m'a été révélé :

- "Ma fille, le motif est simple. Il y a cinq espèces d'offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie :
• Les blasphèmes contre l'Immaculée-Conception
• Les blasphèmes contre sa Virginité
• Les blasphèmes contre sa maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes
• Les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le
coeur des enfants l'indifférence ou le mépris, ou même la haine à
l'égard de cette Mère Immaculée
• Les offenses de ceux qui l'outragent directement dans ses saintes images.
Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m'a inspiré de demander cette petite réparation."





Dieu tout-puissant et éternel, qui dans la confession de la vraie foi,
avez donné à vos serviteurs de reconnaître la gloire de l'Éternelle
Trinité et d'adorer une parfaite Unité en votre Majesté souveraine;
faites, nous vous en supplions, qu'affermis par Cette même foi, nous
soyons constamment munis contre toutes les adversités. Par Notre
Seigneur.




Lien : http://www.mariereine.com/affiche.php3?ID=839&categorie=4

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum