bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  alice le Ven 1 Juil 2011 - 5:54

Sacré-Cœur de Jésus, solennité

Livre du Deutéronome 7,6-11.

Moïse disait à Israël : « Tu es un peuple consacré au Seigneur ton Dieu : c’est toi qu’il a choisi pour être son peuple particulier, parmi tous les peuples de la terre. Si le Seigneur s'est attaché à vous, s'il vous a choisis, ce n'est pas que vous soyez le plus nombreux de tous les peuples, car vous êtes le plus petit de tous. C'est par amour pour vous, et par fidélité au serment fait à vos pères, que le Seigneur vous a fait sortir par la force de sa main, et vous a délivrés de la maison d'esclavage et de la main de Pharaon, roi d'Égypte. Vous saurez donc que le Seigneur votre Dieu est le vrai Dieu, le Dieu fidèle qui garde son Alliance et son amour pour mille générations à ceux qui l'aiment et gardent ses commandements. Mais il riposte à ses adversaires en les faisant périr, et sa riposte est immédiate. Vous garderez donc les ordres, les commandements et les décrets, que je vous prescris aujourd'hui de mettre en pratique.


Psaume 103(102),1-2.3-4.6-7.8.10.
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse ;

Le Seigneur fait œuvre de justice, il défend le droit des opprimés.
Il révèle ses desseins à Moïse, aux enfants d'Israël ses hauts faits.
Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour ;
il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.



Première lettre de saint Jean 4,7-16.
Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour. Voici comment Dieu a manifesté son amour parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici à quoi se reconnaît l'amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, c'est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés. Mes bien-aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l'a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection. Nous reconnaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous, à ce qu'il nous donne part à son Esprit. Et nous qui avons vu, nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est parmi nous. Dieu est amour : celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu en lui.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,25-30.

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »


Commentaire du jour
Saint Bonaventure (1221-1274), franciscain, docteur de l'Église
La Vigne mystique, §8-9


« Voyant que Jésus était déjà mort..., un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; il en sortit du sang et de l'eau » (Jn 19,33-34)

Ils ont creusé non seulement ses mains et ses pieds (Ps 21,17), mais ont percé son côté et ont ouvert l'intérieur de son cœur très saint qui avait été déjà blessé par la lance de l'amour... Approchons-nous, et nous tressaillirons, nous nous réjouirons en toi, au souvenir de ton cœur. Oh qu'il est bon, qu'il est agréable d'habiter en ce cœur ! (cf Ps 132,2) Ton cœur, ô bon Jésus, est un vrai trésor, une perle précieuse, que nous avons trouvée en fouillant dans le champ de ton corps (Mt 13,44-45). Qui la rejetterait ? Bien plutôt, je donnerai tout ; en échange, je livrerai toutes mes pensées et tous mes désirs pour me la procurer, jetant toutes mes préoccupations dans le cœur du Seigneur Jésus, et sans nul doute ce cœur me nourrira.

En ce temple, en ce Saint des Saints, devant cette arche de l'alliance (1R 6,19), j'adorerai et je louerai le nom du Seigneur, disant avec David : « J'ai trouvé mon cœur pour prier le Seigneur » (2S 7,27). Et moi, j'ai trouvé le cœur de Jésus mon roi, mon frère et mon tendre ami. Et ne prierai-je pas ? Je prierai assurément. Car son cœur est avec moi –- je le dirai avec hardiesse –- et même plus : parce que le Christ est vraiment auprès de moi, comment ce qui est à mon chef, ma tête (Col 1,18), ne serait-il pas à moi ?... Ce cœur spirituel est bien mon cœur ; il est bien à moi. Vraiment, avec Jésus je possède mon cœur. Qu'y a-t-il d'étonnant à cela ? La « multitude des croyants » formait bien jadis « un seul cœur » (Ac 4,32).

Ayant donc trouvé, très doux Jésus, ce cœur qui est le tien et le mien, je te prierai, toi qui es mon Dieu. Reçois mes prières dans ce sanctuaire où tu nous exauces, ou plutôt attire-moi tout entier en ton cœur... Tu peux me faire passer par ce trou d'aiguille après m'avoir fait déposer le poids de ce fardeau que je porte sur les épaules (Mt 19,24; 11,28). Jésus, le plus beau de toute la beauté humaine, lave-moi encore davantage de mon iniquité et purifie-moi de mon péché (Ps 44,3; 50,4) afin que, rendu pur par toi, je puisse m'approcher de toi qui es si pur, que je mérite « d'habiter tous les jours de ma vie » en ton cœur et puisse toujours voir et accomplir ta volonté (Ps 26,4 Vulg).



_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  maryline le Ven 1 Juil 2011 - 6:14


«Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Aujourd'hui,quand nous nous sentirons fatigués par le train-train de tous les jours—car nous avons tous des épreuves lourdes et parfois difficiles à supporter— réfléchissons aux paroles de Jésus: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos» (Mt 11,28). Reposons-nous en Lui, Il est le seul capable de nous donner le repos quand nous sommes confrontés à toutes nos préoccupationspour que nous puissions ainsi trouver la paix et tout l'amour que le monde ne nous donne pas toujours.

Le repos authentiquement humain a besoin d'une bonne dose de "contemplation". Si nous levons nos yeux au ciel et prions en y mettant
notre cœur et si nous restons humbles, c'est sûr que nous trouverons et que nous verrons Dieu, car Il est là («Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange»: Mt 11,25). Mais il ne se trouve pas seulement là, cherchons-le également dans le "joug doux" de toutes les petites choses de tous les jours: dans le sourire innocent d'un petit enfant, dans le regard reconnaissant de ce malade à qui nous rendons visite, dans les yeux du pauvre qui nous demande de l'aide, notre générosité…

Reposons tout notre être, et mettons pleinement notre confiance en Dieu qui est notre seul salut et le salut du monde. Comme le recommandait Jean Paul II, avant de se reposer il faut "porter sur (le travail bien accompli) un regard plein d'une joyeuse satisfaction: c'est un regard «contemplatif», qui ne vise plus de nouvelles réalisations, mais plutôt la jouissance de la beauté de ce qui a été accompli" sous le regard de Dieu. Et ensuite il faut lui adresser une action de grâces: tout vient du Très Haut, et sans Lui nous ne pourrions rien faire.

Précisément, un des plus grands dangers de nos jours, c'est que «notre époque est en mouvement continu, ce qui débouche souvent sur
l'activisme, en risquant facilement de "faire pour faire". Nous devons résister à cette tentation en cherchant plutôt à être qu'à faire» (Jean Paul II). Car, en réalité comme nous le dit Jésus, une seule chose est nécessaire (cf. Lc 10,42): «Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos» (Mt 11,29).


Commentaire: Abbé Antoni DEULOFEU i González

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'amour "eros" de Dieu

Aujourd'hui,nous entendons Jésus-Dieu nous parler de son "cœur". Un cœur "doux et humble"! Et dans son évangile Saint Jean nous décrit la scène du Christ crucifié et son flanc transpercé par une lance. La contemplation de cette image nous aide à comprendre que "Dieu est amour" jusqu'à l'inimaginable: c'est un "amour fou"!

A notre grande surprise, il ne s'agit pas seulement d'un amour, exalté, sublime, lointain, de pure amitié et seulement d'amitié… Dieu nous aime également avec désir. En théorie, il n'a aucun besoin de nous, ne devrait rien désirer de ses créatures. Pourtant, Jésus nous fait
découvrir un Dieu débordant d'un amour rempli de sentiments et de désirsbienveillants: le Créateur désire et attend la réponse d'amour de l'homme. Et il attend en silence, discrètement, tel l'amoureux le plus aimant.

—Jésus, je plonge dans ton Cœur transpercé et je trouve le repos dans ton amour: tu souffres sans faire souffrir, tu souffres mais tu ne nous le dis jamais et tu ne nous en tiens pas rigueur… pardonne-nous Seigneur.


Commentaire: Abbé Antoni CAROL i Hostench

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

O Cœur de mon divin Sauveur,
Le plus beau Cœur du monde
En qui seul tout notre bonheur
Uniquement se fonde :
Trône d'amour dressé pour nous,
Principe de la grâce,
Malheur à ce cœur qui pour vous
Se sent être tout de glace !

Vous êtes un Cœur charmant,
Il faut que l'on vous aime ;
Nous vous aimons trop faiblement :
En faites-vous de même ?
Hélas, l'on sait que votre amour
N'eut jamais de semblable ;
N'aurai-je jamais de retour
Pour un cœur si aimable ?






_________________
Blog : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Site du doyenné :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Page Facebook : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10984
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 52
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  alice le Ven 1 Juil 2011 - 6:32


Fête du Sacré-Cœur de Jésus !


« Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes... », dit Jésus.


J'ai pensé, en cette fête du Sacré-Cœur, vous partager une parole de Jésus à Sr Faustine, qui s'appuie sur l'Évangile du jour :
« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau. »
« Que les plus grands pécheurs mettent leur espoir en ma miséricorde. Ils ont droit avant tous les autres à la confiance en l'abîme de ma miséricorde. Ma fille, écris sur ma miséricorde pour les âmes tourmentées. Les âmes qui s'adressent à ma miséricorde me réjouissent. À de telles âmes, j'accorde des grâces bien au-dessus de leurs désirs. Je ne peux punir même le plus grand pécheur s'il invoque ma pitié, mais je l'excuse en mon insondable et inconcevable miséricorde. »
Quelle invitation Jésus nous fait, à nous pécheurs !
Quel Amour nous est prodigué en son Cœur Sacré, son Cœur de Miséricorde
!
En ce jour de prière pour la sanctification des prêtres, prions que Jésus les visite et qu'Il leur montre son Cœur.


Durant l'adoration de son Sacré Cœur, Jésus pourrait encore dire à chacun de nous :
Voici mon Cœur, Je te le donne
Il est don de ma Miséricorde.

Avec mon Cœur, tu pourras bien aimer
Tout donner sans ne rien garder;
Tu te livreras tout entier
Tu te livreras pour l’humanité.

Avec mon Cœur, tu pourras accueillir
Les petits qu’Il me faut guérir;
Les anciens qui sont sans soutien,
Tous les pauvres qui réclament du pain.

Avec mon Cœur, tu pourras chanter
Et sans cesse t’émerveiller;
Des prouesses de l’Esprit Saint
Dans ta vie et celle de tous les tiens.

Avec mon Cœur, tu pourras adorer
De ton Père, la Volonté;
Obéir sans récriminer
Pour goûter la vraie liberté.

Avec mon Cœur, tu pourras pardonner
À tous ceux qui t’ont offensé;
Et tu pourras te pardonner,
Car toi aussi tu en as blessé.

Avec mon Cœur, tu vivras uni
Avec tes frères, par Marie.
La communion est don de Dieu
Prélude de la vraie vie dans les cieux.

Avec mon Cœur, tu pourras souffrir
Et la croix, ne jamais fuir.
Marie t’apprendra à offrir
Dans la joie, pour aller au saint martyre.

Voici mon Cœur et ma couronne
Elle est de miséricorde;
Tu as dit oui à la porter
Pour toi, elle a fleuri en sainteté.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].org

_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Invité le Ven 1 Juil 2011 - 6:58


Saint Matthieu 11,25-30
Prière d’introduction
Merci encore, Seigneur, de cette occasion de passer du temps avec toi. Je crois en toi et en ton amour pour moi. J’attends avec impatience le jour où nous nous retrouverons au ciel pour toujours. En attendant ce jour glorieux, je veux te montrer mon amour par mes paroles et par mes actions.
Demande

Jésus, accorde-moi un cœur doux et humble comme le tien.
Points de réflexion


1. Une intelligence particulière.
Jésus remercie son Père céleste d’avoir caché les vérités divines "aux sages et aux intelligents " et de les avoir révélées "aux tout-petits". Comprendre les chemins de Dieu exige un cœur simple et pur. Ce qui passe pour de l’"intelligence" en ce monde n’est parfois rien de plus qu’un talent pour manipuler les choses, les idées ou les personnes pour nos propres fins. Ou bien, certains qui sont très « intelligents » en ce qui concerne le gain d’argent, s’avèrent de piètres administrateurs en dépensant mal. Il existe aussi une intelligence orgueilleuse dénuée de bon sens. De l’autre côté du spectre sont les enfants, simple et confiants. Ils acceptent les choses de Dieu plus facilement. La confiance dans la parole de Dieu demande la confiance en son amour et en sa miséricorde. Elle exige également un sens profond de notre propre petitesse comparée à sa grandeur. Ai-je une telle attitude ? Est-ce que je sais mettre de côté ma manière de penser afin de voir les choses dans la perspective de Dieu ?
2. Tel Père, tel Fils.
Dans le monde, seul Jésus a connu Dieu le Père. Jésus est venu, en partie, pour révéler son Abba aux hommes. Tous ne l’ont pas compris. Même l’apôtre Philippe est passé à côté de cette partie du message du Christ. Jésus lui dit : "Voilà si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ? Qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : Montre-nous le Père !" ? (Jn 14,9). La conscience que Jésus reflète l’image de son Père devrait nous aider dans la prière ; elle donne un visage humain au Père. Nous prions Marie, la Mère de Jésus, facilement. Pourquoi ne pas prier son Père, aussi ?
3. Un modèle d’humilité.
Il est significatif que Jésus mette en avant son humilité et sa douceur en se donnant comme modèle pour nous : « je suis doux et humble de cœur ». Notons que notre Seigneur ne nous fait pas remarquer ses miracles, ou son talent pour prêcher, ni même sa dévotion à sa Mère. Il préfère insister sur sa propre humilité et douceur. Jésus montre même ces qualités dès sa naissance. "Dieu est si puissant," a dit le pape Benoît XVI dans son homélie de la messe de minuit de Noël en 2005, "qu’il peut se faire faible et venir à notre rencontre comme un enfant sans défense, afin que nous puissions l’aimer." Jésus nous invite à notre tour à nous rendre vulnérables, afin d’ouvrir nos cœurs aux autres, même au risque d’être rejeté. Encourir un tel risque c’est comprendre mieux ce que le Christ a fait pour nous. Dans quel domaine Jésus me demande-t-il d’être plus humble ?
Dialogue avec le Christ
Seigneur, tu sais que l’humilité me coûte beaucoup. Elle me force à renoncer à ma manière de voir
des choses, à mon désir d’être apprécié, de vouloir toujours tout contrôler. Apprends-moi à être humble. Si te suivre signifie embrasser l’humilité, que ce soit ainsi. Donne-moi la force de l’accepter.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Invité le Ven 1 Juil 2011 - 7:38

« Suis-moi ! »

Textes à lire : Gn 23, 1-24 ; Ps 105(104) ; Mt 9, 9-13

Lire les textes

:bdnp1:
Lecture : L’Église Universelle célèbre aujourd’hui la fête du Sacré-Cœur de Jésus. Mais pour que cette fête garde toute sa solennité, certains Diocèses, l’Archidiocèse de Yaoundé en particulier, la célèbrent dimanche prochain.

Nous lisons donc ce vendredi les textes du jour. Dans l’Évangile, Jésus mange avec les pécheurs et appelle Matthieu, un collecteur d’impôt considéré comme un fossoyeur. Cette attitude de Jésus est fortement désavouée par les pharisiens qu’on pourrait comprendre. Seulement, il ne faut pas oublier que le Christ est venu sauver l’humanité déchue et nous apprendre l’amour miséricordieux de Dieu le Père; d’où sa réponse aux pharisiens dans le verset 12 : « Ce ne sont pas les biens portants qui ont besoin de médecin mais les malades ». Le Christ se lie aux pécheurs car il n’est pas venu condamner mais sauver : « Apprenez ce que signifie : C’est la miséricorde que je veux ? et non le sacrifice » (v. 13).

:Jésus t\'M1:

Méditation : « Suis-moi ! Et se levant, il le suivit.» Matthieu laisse tout et suit Jésus parce qu’il sait au fond de lui que suivre le Christ le comblera. Cette attitude est celle de « la foi » ou encore de « la confiance indéfectible ». Comme Matthieu donc, le Christ appelle chacun de nous : « Suis-moi ! ». Il sait qu’en le suivant nous serons heureux et saints. Que puis-je faire pour Le saisir et être persévérant dans ma vie de foi ?

De même, le Christ nous invite au détachement comme Matthieu qui, pour répondre à Jésus, n’a pas dit : Attend que j’aille mettre mes biens en sûreté ou alors je ne peux pas ! Quant à moi, combien de fois ai-je manqué de faire la volonté de Dieu par peur de perdre un bien ? L’estime des autres ? Mon image ?

Prière : Seigneur, une fois de plus tu m’appelles, accorde-moi la grâce de la confiance, du détachement et de la disponibilité ! Que rien de ce monde ne m’empêche de te suivre.

Action : Sois prêt(e) en cette journée à dire non à tout ce qui aura tendance à t’éloigner de la volonté de Dieu.

:Colombe9:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Bnicolas34 le Ven 1 Juil 2011 - 11:53

Vendredi 1/7/2011
Sacré-Coeur de JÉSUS
Solennité du SEIGNEUR
(Couleur liturgique : Blanc)
Année A



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 11 : 25à30


Venez à Moi, vous tous qui peinez


Évangile + commentaire (audio)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].



Lien vidéo :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vu et écouté sur le site :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]









Amicalement, fraternellement
Nicolas

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"je suis ton  serviteur quelconque : je ne fais que mon devoir"

avatar
Bnicolas34
membre-actif
membre-actif

Messages : 1299
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 47
Localisation : France: Languedoc Roussillon (34)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Invité le Ven 1 Juil 2011 - 12:55

Mt. 11, 25-30



« Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. »


« En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. »
Jésus, le tout petit de Marie, nous attire dans cette toute petitesse. Le bras de Dieu : c’est le bras d’un enfant qui vient de naître à Noël ; La force de Dieu, c’est la force de celui qui est agonie et qui supplie pour chacun de nous. L’amour de Dieu est manifesté par la passion et la résurrection. Jésus, vainqueur de toute violence, nous délivre de toutes nos angoisses. Le rejet dont Jésus a été victime nous donne l’humilité qui triomphe dans la faiblesse. « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange, » ce mystère, tu l’as révélé aux tout-petits. Le Seigneur s’est attaché à nous par des liens d’amour qu’il a tissés entre son cœur et notre cœur. A sa suite, nous voulons rejoindre cette toute petitesse.

« Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m’a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Nous venons de fêter la sainte Trinité, le mystère des relations d’Amour de notre Dieu. Aussitôt après, nous avons fêté le Saint Sacrement du Corps et du Sang de Jésus. Mystère inimaginable où Dieu continue l’œuvre du salut au milieu de nous, le mystère pascal ! Marie est associée à cet unique sacrifice, entrainant derrière elle toute l’humanité. Le mystère pascal nous révèle le cœur blessé de l’Agneau d’où surabondent les eaux de la grâce. Dans la résurrection de Jésus, le monde est consacré, le cœur de Jésus nous attire jusqu’à la source, le cœur du Père qui nous donne l’Esprit Saint.

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.

« Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » Jésus nous apprend la douceur avec nous-mêmes, la douceur avec Dieu, la douceur avec les autres. C’est le chemin d’accès à la consécration que Jésus fait de lui-même au Père ; mystère de son corps donné pour nous, comme Marie a donné son corps. Mystère de son sang versé pour nous comme Marie a donné son sang. Nous contemplons Jésus qui se consacre lui-même au Père : »Pour eux, je me consacre moi-même, et maintenant, consacre-les dans ta vérité. Ta parole est vérité.« Nous entrons ainsi dans la donation totale de tout notre être au Père. C’est le mystère dans l’Eucharistie dans lequel Jésus prend le chemin qui nous fait entrer dans la toute petitesse des béatitudes. »Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur."

Nous demandons la grâce de nous mettre à l’école du cœur de Jésus, doux et humble


http://vallee-aisne60.cef.fr/



Ô Jésus ! lorsque vous étiez Voyageur sur la terre vous avez dit :« Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur et vous trouverez le repos de vos âmes. »
O Jésus, dont la première leçon a été celle-ci: "Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur," enseignez-moi à devenir humble de coeur comme vous.
Ainsi soit-il.
« Ô Jésus, doux et humble de coeur, rendez mon coeur semblable au vôtre ! »





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Invité le Ven 1 Juil 2011 - 15:45




« Personne ne connaît le Père sinon le Fils,
et celui à qui le Fils veut le révéler. » [/size]


Prenons-nous la mesure des implications d’une telle affirmation, dans notre monde qui se désintéresse chaque jour davantage du Christ des Evangiles pour se tourner vers les mille et une idoles de notre temps ?

Dieu visite son peuple pour se révéler en se donnant à lui, et celui-ci se détourne de lui avec indifférence, lassitude et ennui. Bien plus, on lui ouvre un procès : ce Jésus n’était en fait qu’un zélote qui a mal tourné et dont Paul a fait un fondateur de religion ; ou un Avatar annonçant l’entrée dans l’ère du Verseau…

Solitude infinie de Jésus : « Voici ce Cœur qui a tant aimé le monde, et qui ne reçoit en échange, qu’ingratitude et mépris ». Cette douce plainte du Cœur de Dieu recueillie par Sainte Marguerite Alacoque, résonne tout au long de l’histoire et nous atteint de plein fouet en ce début de troisième millénaire.

On attendait Dieu dans le faste, l’éclat, la gloire, la puissance ; il est venu dans la discrétion, l’humilité, la pauvreté, la petitesse, la douceur. « Le Verbe était dans le monde, et le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli » (Jn 1, 10-11). Pourtant inlassablement il appelle : « Venez à moi, et moi je vous procurerai le repos ». Aucune colère devant nos abandons répétés, aucun ressentiment pour nos indifférences : il nous propose son aide, nous invite au repos, nous exhorte à la confiance : « Devenez mes disciples et vous trouverez le repos ».

Qui peut comprendre une telle folie ? Ni « les sages ni les savants », mais les « tout-petits », car c’est à eux que le Père a révélé ce mystère. Mais comment faire pour devenir « tout-petit » ? La réponse de Jésus est claire : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau » : venir à lui tel que nous sommes. Nous demandons souvent pourquoi le Seigneur permet telle ou telle épreuve dont le poids nous écrase ; peut-être espère-t-il qu’à travers elle s’ouvrira pour nous un chemin de conversion libératrice, qui nous conduira à nous détourner des sirènes de ce monde pour nous tourner vers le Dieu humble et caché, qui n’attend qu’un geste de notre part pour faire de nous ses fils adoptifs et ses héritiers.

« Tout m’a été confié par mon Père ». Mais les hommes trouvent les dons de Dieu dérisoires. Pourtant, depuis que le Verbe s’est fait chair, l’Amour s’est fait Cœur ; bien plus : Dieu continue à nous dire son amour à chaque battement de son Cœur eucharistique dans tous les tabernacles du monde. S’il est une urgence de justice, c’est bien de rendre à Dieu amour pour amour et de lui témoigner notre gratitude par nos « visites au Saint Sacrement » où il nous attend comme l’Epoux attend l’Epouse.

Et s’il est une urgence de la charité envers nos frères, n’est-ce pas d’intercéder auprès de notre Sauveur, pour tous les pécheurs qui méconnaissent le don de Dieu et refusent d’emprunter le chemin de la miséricorde ?

Demandons au Seigneur la grâce de nous choisir parmi les disciples de son Sacré Cœur, en compagnie de Sainte Marguerite-Marie, Saint Claude de la Colombière, Saint Jean Eudes, Sainte Faustine, Saint Thérèse de l’Enfant Jésus et tant d’autres, qui sauront nous enseigner les voies par lesquelles nous pourrons être la joie et la consolation de notre Dieu et Seigneur bien-aimé, en devenant ces « tout-petits » qu’il désire tant combler.


« Seigneur, enfermez-moi au plus profond des entrailles de votre Cœur. Et quand vous m'y tiendrez, brûlez-moi, purifiez-moi, enflammez-moi, sublimez-moi jusqu'à la satisfaction parfaite de vos goûts, jusqu'à la plus complète annihilation de moi-même. Amen »
(P. Teilhard de Chardin)

Père Joseph-Marie
Lien : http://www.homelies.fr/homelie,sacre.coeur,3198.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Invité le Ven 1 Juil 2011 - 20:37



:Je crois1:

Commentaire

Dans sa communauté religieuse, le Frère André occupa pendant longtemps une fonction secondaire, celle de portier du Collège Notre-Dame. En contraste complet avec les débuts si modestes de sa vie religieuse, ses funérailles furent une apothéose à sa mémoire. Une foule énorme, malgré la mauvaise température, lui rendit hommage à ses obsèques et une basilique en l’honneur de saint Joseph garde vivante sa mémoire. Il est l’exemple impressionnant de l’action gratuite du Seigneur, qui produit des miracles par la médiation de personnes humbles et dociles à sa volonté.

Prière de louange

:k;hr: Jésus présente dans son enseignement l’exemple parfait de l’espérance et de la louange, en dépit des débuts modestes et des échecs. Il a commencé son ministère dans une province méprisée, dans le nord de la Palestine. Le peuple manifesta son enthousiasme, mais ne comprit pas la signification de sa mission. Le Christ s’est alors retiré dans deux pays païens, en Phénicie au nord-ouest – le Liban actuel – et la Décapole, à l’est.

:k;hr: C’est à ce moment que Jésus rend grâce à son Père qui a révélé son mystère, son projet de salut par son Envoyé, non pas aux savants, mais aux petits. Il l’a « caché » à ceux qui se pensent sages. Cette expression pourrait laisser entendre qu’il ne veut pas qu’ils comprennent, mais elle signifie plutôt qu’il est le Seigneur qui contrôle tout, même le mal dans le monde qu’il tolère. Ceux qui « cachent » la vérité sont en fait ceux qui se prétendent sages par eux-mêmes, ceux qui refusent le mystère divin, parce qu’il n’entre pas dans les limites de leur intelligence, parce que ce mystère leur paraît une insulte à leur sagesse. Les sages et les gens instruits n'acceptent que ce qu'ils comprennent et se ferme ainsi à tout ce qui dépasse leur intelligence. Aussi leur suffisance les ferme au mystère de Dieu et de son plan pour sauver le monde. (Voir 1 Corinthiens 1, 18-31). Même après l'échec, Jésus montre que l'action de grâce à Dieu doit manifester notre optimisme en raison de notre foi au Seigneur qui dirige tout.

:k;hr: Les petits ne possèdent rien, ils sont pauvres, tout disponibles pour accueillir. Leur simplicité d’enfant leur procure la confiance et les ouvre au don de Dieu. Dès leur enfance, les enfants accueillent tout, leur cœur est disponible pour croire et aimer. C’est le mensonge et la déception qui les ferment par la suite et qui transforment leur accueil en défiance. Tel est le péché d’un monde où règnent trop souvent l’égoïsme et la tromperie.

Le mystère: la connaissance mutuelle du Père et du Fils

:k;hr: Jésus est le pauvre, le Serviteur, celui qui n’a rien par lui-même, mais qui reçoit tout de son Père. Il est entièrement orienté vers Dieu, qui « connaît » son Fils, comme le Fils « connaît » son Père. « Connaître » dans le langage biblique signifie bien plus que simplement « savoir » « Connaître » exprime une adhésion de toute la personne, qui fait un avec la personne ou la réalité qu’elle connaît. Connaître la mort, c’est la dissolution de tout son être, tandis que connaître la vie éternelle, c’est participer à cette vie, en être imprégné dans toute sa personne. Une telle relation devient tellement intime entre la personne qui connaît et celle qui est connue, qu’elle réalise une communion, une union, au terme de laquelle le Christ peut affirmer « Le Père et moi, nous sommes un » (Jn 10,30).

:k;hr: Le mystère du salut, que le Seigneur veut attribuer à celui/celle qui croit et aime, ne peut se réaliser que dans le pauvre, celui et celle qui n’a plus rien, en qui il n’y a plus d’égoïsme, de regard sur lui-même. Sa vue se concentre sur son Seigneur, en qui il s’immerge dans la communion ineffable de l’amour.

Appel à ceux qui sont épuisés

:k;hr: Après avoir indiqué la source véritable du bonheur, dans cette connaissance mutuelle entre le Fils et son Père, Jésus invite ses disciples à entrer dans cette communion d’amour et de vie. Par contraste, il décrit le sort de ceux qui sont écrasés par des fardeaux qu’on leur impose.

:k;hr: « Le joug » est l'image de l’attelage qu’on impose à un animal pour le rendre docile, tout en le réduisant à la servitude. Jésus recourt à cette métaphore pour montrer que la Loi peut contraindre, écraser la personne humaine, si elle est considérée comme un précepte extérieur, qui est pesant parce qu’il est imposé. La Loi, au temps de Jésus, se ramifiait en 613 commandements, que tout Juif devait observer. Si un précepte s’impose de l’extérieur, sans un besoin, une tendance intérieure de la personne, il devient un joug dont le Christ veut nous libérer.

:k;hr: Il faut toujours se rappeler que l’existence chrétienne ne doit jamais être un joug pénible, qui nous écrase. On pourrait objecter que la Loi du Christ comprend des exigences plus étendues et profondes que celles de la Loi de Moïse, car Jésus nous propose le renoncement total, non seulement à ce qu’on possède, mais à sa personne, à sa vie. Mais cette Loi est légère, car le disciple de Jésus la porte, animé par la puissance de l’amour, à la suite de son Seigneur, uni à lui, en qui il vit. Quand l’amour enflamme le chrétien, tout devient facile.

:k;hr: Cet amour n’a rien de douceâtre. La douceur de Jésus n’est aucunement de la faiblesse. C'est une énergie qui lui permet de faire face à la mort, de la surmonter et de la vaincre. Le joug de la croix n'est certainement pas agréable, ni confortable. Mais le fait que la croix ait été portée par Jésus, avant et avec nous, lui donne une valeur de salut, qui la rend légère en comparaison de la brutalité qu'elle comporte.

:k;hr: À quelle école pourrions-nous aller en dehors de celle du Christ? Séparés de lui, quels maîtres pouvons-nous trouver? Nos contemporains suivent trop souvent les tendances aveugles de leurs passions et de leurs désirs, qui misent sur le plaisir immédiat, sans vision lointaine. La sagesse purement humaine avoue son désespoir de donner un sens à la vie. À l'école du Christ, nous apprenons que nous sommes les enfants aimés du Père, que nous cheminons vers lui guidés par son Fils, dont le coeur est doux et humble.

:k;hr: Dans la simplicité de sa vie, le bienheureux frère André a vécu cette docilité à la suite de son Seigneur. Sa pauvreté et son humilité ont ouvert sa personne à l’action de Dieu, qui a accompli, par l’intermédiaire de son serviteur, de multiples miracles et qui continue d’attirer des foules de croyants.

J.L. D’Aragon, s.j.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 1er juillet: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos»

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum