bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  alice le Lun 4 Juil 2011 - 5:49

Le lundi de la 14e semaine du temps ordinaire

Livre de la Genèse 28,10-22a.
Jacob était parti de Bershéba et se dirigeait vers Harrane. Surpris par le coucher du soleil, il s'arrêta à l'endroit où il était, pour y passer la nuit ; il prit une pierre pour la mettre sous sa tête, et c'est là qu'il dormit. Il eut un songe : une échelle était dressée sur la terre, et son sommet touchait le ciel ; des anges de Dieu montaient et descendaient. Le Seigneur se tenait près de lui. Il lui dit : « Je suis le Seigneur, le Dieu d'Abraham ton père, le Dieu d'Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donne, à toi et à tes descendants. Tes descendants seront nombreux comme la poussière du sol, ils se répandront à l'orient et à l'occident, au nord et au midi ; en toi et en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. Voici que je suis avec toi ; je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai sur cette terre ; car je ne t'abandonnerai pas avant d'avoir accompli ce que je t'ai promis. » Jacob sortit de son sommeil et s'écria : « Vraiment, le Seigneur est dans ce lieu ! Et moi, je ne le savais pas. » Saisi de crainte, il disait : « Que ce lieu est redoutable ! Il est réellement la maison de Dieu, la porte du ciel ! » Jacob se leva de bon matin, il prit la pierre qu'il avait mise sous sa tête, il la dressa pour en faire une stèle, et il la consacra en versant de l'huile sur le sommet. Et à ce lieu, qui s'appelait alors Louz, il donna le nom de Béthel (c'est-à-dire : Maison de Dieu). Alors Jacob prononça ce vœu : « Si Dieu est avec moi, s'il me protège sur le chemin où je marche, s'il me donne du pain pour manger et des vêtements pour me couvrir, et si je reviens sain et sauf à la maison de mon père, le Seigneur sera mon Dieu.
Cette pierre dont j'ai fait une stèle sera la maison de Dieu. »

Psaume 91(90),1-2.3a.4.14.15ab.
Quand je me tiens sous l'abri du Très-Haut
et repose à l'ombre du Puissant,
je dis au Seigneur : « Mon refuge,
mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

C'est lui qui te sauve des filets du chasseur
il te couvre et te protège.
Tu trouves sous son aile un refuge :
sa fidélité est une armure, un bouclier.

« Puisqu'il s'attache à moi, je le délivre ;
je le défends, car il connaît mon nom.
Il m'appelle, et moi, je lui réponds ;
je suis avec lui dans son épreuve.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,18-26.
Tandis que Jésus parlait aux disciples de Jean Baptiste, voilà qu'un chef s'approcha; il se prosternait devant lui en disant : " Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. " Jésus se leva et se mit à le suivre, ainsi que ses disciples. Et voilà qu'une femme souffrant d'hémorragies depuis douze ans s'approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » Jésus se retourna, la vit et lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t'a sauvée. » Et la femme fut sauvée à l'heure même. Jésus, arrivé à la maison du chef, dit, en voyant les joueurs de flûte et l'agitation de la foule : « Retirez-vous. La jeune fille n'est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Quand il eut mis la foule dehors, il entra et saisit la main de la jeune fille, qui se leva. Et la nouvelle se répandit dans tout ce pays.


Commentaire du jour
Saint Hilaire (v. 315-367), évêque de Poitiers et docteur de l'Église
Commentaire de l'évangile de Matthieu, 9, 5-8 (trad. cf SC 254, p 209s)


« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »
Ce chef [de synagogue] peut être compris comme représentant la Loi de Moïse qui, priant à l'intention de la foule qu'elle avait nourrie pour le Christ en prêchant l'attente de sa venue, demande au Seigneur de rendre la vie à une morte... Le Seigneur lui a promis son aide et pour la lui assurer, l'a suivi.

Mais d'abord, la foule des païens pécheurs est sauvée avec les apôtres. Le don de la vie revenait en premier lieu à l'élection prédestinée par la Loi, mais au préalable, dans l'image de la femme, le salut est rendu aux publicains et aux pécheurs. Voilà pourquoi cette femme a confiance qu'en venant sur le passage du Seigneur, elle sera guérie de son flux de sang par le contact du vêtement du Seigneur... Elle a hâte dans sa foi de toucher la frange du vêtement, c'est-à-dire d'atteindre en compagnie des apôtres le don de l'Esprit Saint qui sort du corps du Christ à la manière d'une frange. En peu de temps elle est guérie. Ainsi, la santé destinée à l'une est rendue aussi à une autre, dont le Seigneur a loué la foi et la persévérance, parce que ce qui était préparé pour Israël a été accueilli par les peuples des nations... La puissance guérissante du Seigneur, contenue dans son corps, gagnait jusqu'aux franges de ses vêtements. En effet, Dieu n'était pas divisible ni saisissable pour être enfermé dans un corps ; il divise lui-même ses dons dans l'Esprit, mais n'est pas divisé dans ses dons. Sa puissance est atteinte par la foi partout, parce qu'elle est partout et n'est absente nulle part. Le corps qu'il a pris n'a pas enfermé sa puissance, mais sa puissance a pris la fragilité d'un corps pour le racheter...

Le Seigneur entre ensuite dans la maison du chef, autrement dit dans la synagogue..., et beaucoup se moquent de lui. En effet ils n'ont pas cru en Dieu dans un homme ; ils ont ri d'entendre prêcher la résurrection d'entre les morts. Prenant la main de la jeune fille, le Seigneur a ramené à la vie celle dont la mort n'était auprès de lui qu'un sommeil.



_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  Invité le Lun 4 Juil 2011 - 6:33

Mt 9, 18-26

« Jésus se retourna, la vit et lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. » Et la femme fut sauvée à l’heure même. »


:k;hr:« Tandis que Jésus leur parlait ainsi, voilà qu’un chef s’approcha ; il se prosternait devant lui en disant : « Ma fille est morte à l’instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. » Jésus se leva et se mit à le suivre, ainsi que ses disciples. » La douleur des épreuves personnelles et communautaires est évoquée ainsi à Jésus : « Ma fille est morte à l’instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. » En traversant ces épreuves dans la foi, nous devenons des femmes et des hommes qui augmentent leur confiance en Dieu. Tenir bon dans l’épreuve, voilà ce que Dieu attend de nous. La douleur de ce chef de synagogue est immense ! Son espérance est la guérison de sa petite fille qui est morte à l’instant. Il court vers Jésus qui la relèvera. Il va découvrir que Dieu l’enveloppe de sa tendresse !

:k;hr: « Et voilà qu’une femme souffrant d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » Jésus se retourna, la vit et lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. » Et la femme fut sauvée à l’heure même. » Cette femme qui souffre de perte de sang est allée voir tous les médecins, elle a dépensé tous ses biens sans aucun résultat ! De plus sa situation de femme souffrant d’hémorragies la rend impure. Il ne lui reste plus que cet « homme » nommé Jésus. Elle a une telle foi en lui ! Elle se dit : "Si j’arrive à toucher son manteau, je serai guérie ! Jésus comprend la douleur de cette femme, elle sera guérie ! Dieu, répond sans tarder à ceux qui lui font confiance.

:k;hr: « Jésus, arrivé à la maison du chef, dit, en voyant les joueurs de flûte et l’agitation de la foule : « Retirez-vous. La jeune fille n’est pas morte : elle dort. »
Mais on se moquait de lui. Quand il eut mis la foule dehors, il entra et saisit la main de la jeune fille, qui se leva. Et la nouvelle se répandit dans tout ce pays. » Dieu accomplit encore une œuvre de Paix et de guérison. Il nous faut, nous aussi, passer le cap de nos souffrances avec une grande espérance. L’épreuve que nous connaissons, les doutes que nous avons à traverser font partie des épreuves normales de la vie. Nous demandons à Dieu cette espérance invincible, un amour sans cesse renouvelé. Seuls, nous ne pouvons pas porter de fruit. C’est ensemble, en communauté que nous pouvons relever le grand défi de l’espérance. Nous rencontrons maintenant Jésus dans l’eucharistie, nous recevons son corps et son sang pour être guéris. Transformé par lui, nous bâtissons les communautés de foi qui travaillent avec l’Esprit de Dieu.

:8lù^d9:
Nous demandons la grâce d’une grande confiance pour tous ceux qui désespèrent, que la croix de Jésus soit leur espérance.


http://vallee-aisne60.cef.fr

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  Invité le Lun 4 Juil 2011 - 8:44


Saint Matthieu 9,18-26

Prière d’introduction
Jésus, au moment de commencer cette prière, éloigne de moi toute distraction. Aide-moi à me concentrer uniquement sur toi. Tu es mon Sauveur et mon Rédempteur, je veux croire que tu veux m’entendre. Je m’approche de toi en toute confiance et j’offre ma prière pour ceux qui craignent d’en faire autant.

Demande
Accorde-moi, Jésus, de croire plus fermement dans ta puissance à me guérir, moi et tous ceux que j’aime.
Points de réflexion

1. Il attend un geste de notre part
Remarquons que c’est la foi du centurion qui a poussé Jésus à l’action. Remarquable ! Le Fils de Dieu se plie aux désirs d’une simple créature à cause d’une parole de foi. Nous voyons souvent des problèmes autour de nous et nous nous attendons à ce que Dieu les résolve sans aucune participation de notre part. Dieu connaît mieux que nous nos problèmes (Mt 6,8). Cependant, il n’agit pas toujours avant de voir un acte de foi de notre part. Le centurion a montré une telle foi. Après tout, ce n’était pas ordinaire pour lui que d’approcher Jésus, face aux gens, et de demander un miracle à brûle-pourpoint. Est-ce que j’ai une telle confiance quand je m’approche de Jésus dans la prière ? Ma foi est-elle assez ferme et puissante pour lui demander quelque chose d’extraordinaire ?
2. Un moment émouvant
La femme souffrant d’hémorragie avait aussi une grande foi en Jésus. Dans son cas, elle ne l’a pas exprimé par des paroles mais plutôt par un geste en touchant discrètement la frange du manteau de Jésus. Ce genre de foi est très révélateur. Quand nos paroles se joignent à nos actions, cela donne du poids à notre demande. Les demandes de suffisent pas toujours. Il faut agir, avancer, quitter notre confort pour s’approcher de Jésus. La prière est bonne, mais la prière ajoutée à l’action rend plus fertile le terrain sur lequel Dieu peut ensemencer. Qu’est-ce que je pourrais ajouter à ma vie de prière ? Est-ce que je pourrais, par exemple, proposer un service, un projet, une assistance quelconque à mon curé, à ma paroisse ?
3. L’heure n’est pas aux lamentations
Au temps de Jésus, il était courant que des pleureuses se présentent à la famille en deuil. Quand Jésus dit que la fille du notable n’est pas morte mais qu’elle dort seulement, il s’attire le ridicule de la foule. Elle se moqua de lui. Si la fille était vivante qu’avions-nous besoin de ces pleureuses ? Nous ressemblons à ces pleureuses professionnelles par moments quand nous nous résignons au mal, à la mort autour de nous, quand nous manquons de foi. On peut s’agiter, lever les bras au ciel et penser qu’il n’y a rien d’autre à espérer. Et même être tentés, comme les pleureuses, d’ignorer la présence réconfortante de Notre Seigneur. Quelqu’un peut se dire : « Quoi ? Moi, un saint ! » ou : « Moi, appelé au sacerdoce, à la vie consacrée ? » Ou encore : « Seigneur, croyez-vous vraiment qu’on puisse accepter un autre enfant ? » Heureusement pour nous, le Seigneur ne se laisse pas décourager. Il vient nous apporter la vie, nous dégager du péché et nous rendre plus généreux. En un mot, il vient nous appeler à la sainteté. Vais-je résister à un tel appel ?
Dialogue avec le Christ
Le centurion et la femme souffrante nous donnent un admirable témoignage de foi. Je voudrais avoir une pareille foi. Je me sens parfois paralysé par mes problèmes au point où je trouve difficile de m’approcher de toi. Augmente ma foi et mon espérance. Fais que je vive comme si je croyais vraiment que tu es maître du monde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  Bnicolas34 le Lun 4 Juil 2011 - 11:09

Lundi 4/7/2011
Sainte Elisabeth du Portugal
(Couleur liturgique : Blanc)

14ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert)
Année A



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 18à26


Résurrection d’une jeune fille et guérison d’une femme


Évangile + commentaire (audio)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].



Lien vidéo :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vu et écouté sur le site :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]









Amicalement, fraternellement
Nicolas

_________________

"je suis ton  serviteur quelconque : je ne fais que mon devoir"

avatar
Bnicolas34
membre-actif
membre-actif

Messages : 1290
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 46
Localisation : France: Languedoc Roussillon (34)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  Invité le Lun 4 Juil 2011 - 11:49


L'évangile de lundi (Matt 9, 18-26)


:Je crois1:


Evil or Very Mad L'évangile de ce jour nous montre Jésus accueilli par une grande foule ; dès son arrivée, il rencontre des gens éprouvés par la souffrance ; arrive un chef de synagogue qui le supplie pour sa fille qui vient de mourir : « Viens lui imposer les mains pour qu'elle soit sauvée et qu'elle vive », lui dit-il.

Evil or Very Mad Voilà une prière qui correspond exactement à la mission que le Père a confiée à Jésus ; lui-même avait dit un jour : « Je suis venu pour que tous les hommes aient la vie, et qu'ils l'aient en abondance ».

Evil or Very Mad Jésus se met donc en route avec ce père de famille ; il s'arrête en route pour répondre à un autre appel à la vie : une malade s'approche de lui et touche son vêtement pour être guérie.

Evil or Very Mad Il s'arrête pour souligner ce qui est important chez cette femme ; il ne lui dit pas : « Tu es guérie », mais plutôt : « Ta foi t'a sauvée ». Cela veut dire qu'elle va pouvoir trouver une relation vraie avec Dieu, avec ses frères :

Evil or Very Mad Elle pourra aller à la synagogue pour chanter la gloire de Dieu ; elle pourra aussi retrouver des relations normales avec son entourage ; c'est cela être sauvé, pas seulement être bien dans sa peau mais être bien avec les autres, être réintégré dans une communauté.

Evil or Very Mad Nous aussi, nous pouvons demander au Seigneur de partager sa foi, de nous approcher de lui pour être guéris de notre mal, de nos péchés, de nos paralysies spirituelles. Le Christ se présente à nous comme celui qui redonne vie et nous relève.

Evil or Very Mad Aujourd'hui encore, des hommes et des femmes et des enfants sont éprouvés par des souffrances de toutes sortes : la maladie, l'accident, le handicap ; nous sommes souvent maladroits par rapport à une personne qui souffre ; et pourtant, il suffit de bien peu de chose pour la réconforter : prendre le temps de l'écouter, prendre sa main, faire le geste qui apaise.

Evil or Very Mad Pensons aussi à celles et ceux qui connaissent le chômage, la pauvreté, les guerres, les famines, la prison. Durant des années, tout va bien, puis c'est le coup dur, le licenciement, le chômage. Pendant des mois et des années c'est souvent la galère, le mépris et les humiliations.

Evil or Very Mad L'évangile de ce jour nous dit que Dieu n'a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les siens. Quand Jésus rencontre des gens affrontés au mystère du mal, de la souffrance et de la mort, il commence par lutter contre ce mal. Il met en œuvre la puissance créatrice de Dieu qui est en lui, pour faire échec au mal.

Evil or Very Mad La Bonne Nouvelle c'est que Dieu ne veut pas la souffrance ni la mort. La question n'est pas seulement d'aller vers les pauvres et vers ceux qui souffrent ; le plus important, c'est de bâtir avec eux, en luttant à leurs côtés, en construisant avec eux un monde plus juste, plus fraternel, plus solidaire.

Evil or Very Mad Si nous croyons au Dieu qui ne prend pas plaisir à la perte des vivants, il faut que cela se voie dans notre vie. En tant que chrétiens, nous nous opposerons à toutes les atteintes à la vie, qui s'étalent au grand jour dans notre société ; il nous faut le dire et le redire inlassablement : notre Dieu ne nous veut pas de mal ; il a créé tout être pour qu'il grandisse et s'épanouisse.

Evil or Very Mad A la fin de chaque messe nous sommes tous envoyés pour porter et communiquer l'amour de Dieu à tous ceux qui nous entourent. Prions le Seigneur pour qu'il nous garde fidèles à cette mission.

Père Jean-Claude LOOCK, curé de St Benoît des Marais à Lomme, diocèse de Lille

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  maryline le Lun 4 Juil 2011 - 12:11



Le ciel n'est pas vide



Aujourd'hui,face à l’apparente dictée des éléments du monde (la mort irrémédiable, une maladie incurable), Jaïro et “l’hémorroïsse” opposent une nouvelle espérance: Jésus-Christ! Dans cette scène, la conception du monde invertie —et aussi en expansion de nos jours— voit le divin dans les forces cosmiques, mais non en un Dieu que l’on peut prier.

Ce ne sont pas les éléments du cosmos, ni les lois de la matière, ce qui, en définitive, gouverne le monde et l’homme, mais un Dieu
personnel. Le “dernier mot”, c’est la raison, la volonté et l’amour qui l’ont: c’est une Personne. Et, si nous connaissons cette Personne, et qu’elle nous connaît, alors le pouvoir inexorable des éléments matériels n’est plus la dernière instance; nous ne sommes plus esclaves de l’univers et de ses lois, maintenant nous sommes libres.

—Jésus, en te contemplant, l’assurance que rien n’est au hasard ni fatal dans nos vies se consolide en nous: il y a en toi un Esprit qui s’est révélé comme de l’Amour. Le ciel n’est pas vide!


Commentaire: REDACTION evangéli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)



Seigneur Jésus,
tu as les paroles de la vie éternelle, et tu t'es révélé, tout au long de ton ministère,
comme le seul chemin définitif qui nous soit offert pour aller à Dieu notre Père,
et recevoir de lui son salut en ton Royaume :
rends-moi capable, par ton Esprit, de vraiment te recevoir comme le Seigneur de ma vie,
et de te manifester ma confiance totale en la puissance de Dieu
qui, par toi, me rejoint, et me donne la vie en abondance.
AMEN.

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10981
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 51
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  Invité le Lun 4 Juil 2011 - 12:58


« Ta foi t’a sauvée »


Textes à lire : Gn 28,10-22 ; Ps 91(90) ; Mt 9,18-26
Lire les textes

Lecture : Cette semaine, c’est le cycle de Jacob que nous lisons dans la première lecture. Dans l’épisode de ce lundi, Dieu apparaît à Jacob en songe et lui renouvelle la promesse faite à son grand-père Abraham et à Isaac son père.

Jacob était en fuite vers Harrane, menacé de mort par son frère aîné qui lui en voulait pour avoir volé sa bénédiction. Dans sa fuite, Dieu lui apparaît en songe et lui dit : « Je suis le Seigneur, le Dieu d'Abraham ton père, le Dieu d'Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donne, à toi et à tes descendants. Tes descendants seront nombreux comme la poussière du sol, ils se répandront à l'orient et à l'occident, au nord et au midi ; en toi et en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. Voici que je suis avec toi ; je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai sur cette terre ; car je ne t'abandonnerai pas avant d'avoir accompli ce que je t'ai promis. »

Ce qui nous frappe ici, c’est la façon d’agir de Dieu. Sachant bien que Jacob avait dérobé la bénédiction de son frère, Dieu, qui ne cautionne pas le moindre mal, s’engage tout de même à être avec lui et à réaliser dans sa vie les promesses faites à ses parents. Ceci nous parle de la fidélité de Dieu. En effet, il ne reprend jamais sa Parole, quelle que soit l’infidélité de l’Homme. C’est d’ailleurs dans ce même contexte que Dieu, dans sa bienveillante bonté, rassure Jacob qu’Il ne l’abandonnera jamais : « Voici que je suis avec toi ; je te garderai partout où tu iras » (v.15). Le Seigneur lui parle ainsi à un moment où il est totalement bouleversé à cause de la menace de mort qui plane sur lui. Et il se trouve dans un lieu inconnu, dépourvu de toute sécurité. Nous comprenons que Dieu est Dieu et répond toujours aux aspirations de l’homme qui compte sur lui et fait de lui son bouclier, son abri et sa forteresse comme chante le Psalmiste. Il en ressort que notre bon Dieu n’agit jamais contre le bonheur de l’homme. Mais y croyons-nous ?

C’est ce même visage de Dieu que nous révèle Jésus dans l’Évangile, lorsqu’il guérit la femme qui souffrait des hémorragies, et ressuscite le Fils d’un chef de synagogue. Dans ce récit, l’évangéliste met en exergue la démarche de foi de ces deux personnages. Le chef de la synagogue a cru malgré la mort constatée de sa fille que Jésus pouvait la ressusciter, tout comme la femme hémorroïsse a cru qu’un simple toucher pouvait la délivrer de la maladie qu’elle traînait depuis douze ans.

Evil or Very Mad
Méditation : Connais-tu des moments difficiles, une situation qui t’angoisse ? Dieu t’invite aujourd’hui à venir à lui dans la confiance. Offre-lui ta situation et crois surtout qu’il veut te soulager.

Prière : Prie avec le Psaume du jour (Ps 91(90), 1-2, 3a.4, 14-15ab) : Quand je me tiens sous l’abris du Très-Haut et repose à l’ombre du Puissant, je dis au Seigneur : « Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! » C’est lui qui te sauve des filets du chasseur ; il te couvre et te protège : sa fidélité est une armure, un bouclier…

Action : « Voici que je suis avec toi ; je te garderai partout où tu iras » : Rappelle-toi tout au long de cette journée que le Seigneur est avec toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 4 juillet:« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Message  Invité le Lun 4 Juil 2011 - 17:45



Quelle sagesse que celle de notre pape, Benoît XVI !

Il propose aux pèlerins, dimanche, de faire une large place à la lecture de la Parole de Dieu pendant leurs vacances, particulièrement l'Évangile qu'il ne faut pas oublier de mettre en ses bagages.


Je crois que c'est sagesse, car la Parole est toujours source de vie nouvelle, et n'est-ce pas ce que l'on recherche en vacances !
L'Évangile de chaque jour se veut un vrai guide pour notre journée. Regardez aujourd'hui : Jésus nous appelle à la confiance !
« CONFIANCE, MA FILLE ! CONFIANCE, MON FILS ! TA FOI T'A SAUVÉ. »


Quelques-uns partiront en vacances dans « le noir », en criant : « Je n'en peux plus, Dieu, je veux te voir! »

Et Dieu répond, comme dans l'Évangile du jour :
« Confiance !
Confiance ! Confiance ! Confiance !
Je suis ton Sauveur... n'aie pas peur !
Confiance ! Confiance ! Confiance ! »

Je prie que votre temps de vacances ne soit pas un temps de coupure avec Dieu, mais plus encore, un temps de renouveau en Lui et par Lui, et confiance, sa Parole vous aidera ! Il y a toujours de la place pour un trésor dans sa valise.

messagelumière.org

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum