bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  alice le Mar 5 Juil 2011 - 6:08

Le mardi de la 14e semaine du temps ordinaire

Livre de la Genèse 32,23-33.
Cette nuit-là, Jacob se leva, il prit ses deux femmes, ses deux servantes, ses onze enfants, et passa le gué du Yabboq. Il leur fit traverser le torrent et il fit passer aussi tout ce qui lui appartenait. Jacob resta seul. Or, quelqu'un lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore. L'homme, voyant qu'il ne pouvait pas le vaincre, le frappa au creux de la hanche, et la hanche de Jacob se démit pendant ce combat. L'homme lui dit : « Lâche-moi, car l'aurore s'est levée. » Jacob répondit : « Je ne te lâcherai que si tu me bénis. » L'homme lui demanda : « Quel est ton nom ? - Je m'appelle Jacob. -
On ne t'appellera plus Jacob, mais Israël (ce qui signifie : Fort contre Dieu), parce que tu as lutté contre Dieu comme on lutte contre des hommes, et tu as vaincu. » Jacob lui fit cette demande : « Révèle-moi ton nom, je t'en prie. » Mais il répondit : « Pourquoi me demandes-tu mon nom ? » Et à cet endroit il le bénit. Jacob appela ce lieu Pénouël (ce qui signifie : Face de Dieu), car il disait : « J'ai vu Dieu face à face, et j'ai eu la vie sauve. » Au lever du soleil, il traversa le torrent à Pénouël. Il resta boiteux de la hanche.


Psaume 17(16),1a.2-3.4b.5.7.8b.15.
Seigneur, écoute la justice !
De ta face, me viendra la sentence :
tes yeux verront où est le droit.
Tu sondes mon cœur, tu me visites la nuit,
tu m'éprouves, sans rien trouver ;
mes pensées n'ont pas franchi mes lèvres.

J'ai gardé le chemin prescrit ;
j'ai tenu mes pas sur tes traces :
jamais mon pied n'a trébuché.
Montre les merveilles de ta grâce,
toi qui libères de l'agresseur
ceux qui se réfugient sous ta droite.

A l'ombre de tes ailes, cache-moi,
Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
au réveil, je me rassasierai de ton visage.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,32-38.
On présenta à Jésus un possédé qui était muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le muet se mit à parler. La foule fut dans l'admiration, et elle disait : « Jamais rien de pareil ne s'est vu en Israël ! » Mais les pharisiens disaient : « C'est par le chef des démons qu'il expulse les démons. » Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.
Voyant les foules, il eut pitié d'elles parce qu'elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson. »


Commentaire du jour
Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélies sur l'évangile de Matthieu, n°32 (trad. Véricel, L'Évangile commenté, p. 158)


« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »
Jésus Christ, chargé de mépris et d'outrages par ses ennemis, s'applique encore plus à leur faire du bien... Il parcourait les villes, les villages, les synagogues, nous enseignant à répondre aux calomnies non par d'autres calomnies, mais par de plus grands bienfaits. Si, en faisant du bien à ton prochain, tu as en vue le bon plaisir de Dieu et non celui des hommes, quoi que fassent les hommes, ne cesse pas tes bienfaits ; ta récompense n'en sera que plus grande... Voilà pourquoi le Christ n'attendait pas la venue des malades ; il allait lui-même à eux, leur portant à la fois les deux biens essentiels : la Bonne Nouvelle du Royaume et la guérison de tous leurs maux.

Et cela même ne lui suffit pas : il manifeste d'une autre manière encore sa sollicitude. « A la vue des foules, il en eut pitié, car ces gens étaient fatigués et prostrés comme des brebis qui n'ont pas de berger. Alors, il dit à ses disciples : ' La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson ' ». Note encore une fois son éloignement pour la vaine gloire. Ne voulant pas entraîner tout le monde à sa suite, il envoie ses disciples. C'est qu'il veut les former non pas seulement pour les luttes qu'ils vont soutenir en Judée, mais aussi pour les combats qu'ils livreront par toute la terre...

Jésus donne à ses disciples le pouvoir de guérir les corps, en attendant de leur confier le pouvoir autrement important de guérir les âmes. Remarque comment il montre à la fois la facilité et la nécessité de cette œuvre. Que dit-il en effet ? « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peut nombreux. » Ce n'est pas aux semailles que je vous envoie, mais la moisson... En parlant ainsi, notre Seigneur leur donnait confiance et leur montrait que le travail le plus important avait déjà été accompli.



_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  Invité le Mar 5 Juil 2011 - 7:10



Saint Matthieu 9,32-38

Prière d’introduction
Seigneur Jésus Christ, je crois en toi : augmente ma foi. J’espère en toi : affermis ma confiance. Seigneur, toi qui sais toutes choses, tu sais bien que je t’aime : approfondis mon amour pour toi et pour les âmes. Amen.
Demande

Seigneur, aide-moi à voir que la moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux.

Points de réflexion


1. Il vit les foules.
Le Christ voit les foules avec le même cœur et le même amour que son Père du ciel. Comme Adam et Eve après leur chute, elles sont harcelées et impuissantes devant la tentation, conséquence du péché, troublées dans leur esprit et incapables de discerner le bien. Les foules sont également impuissantes, comme Adam et Eve, à se relever de leur chute. Elles ont besoin d’un Sauveur. Elles attendent l’Agneau de Dieu qui peut effacer leurs péchés et la punition qu’elles ont méritée. Le Christ est le Bon Pasteur qui, avec le cœur d’un bon berger, désire rassembler les brebis égarées de la famille d’Adam. Il me regarde, plein de compassion, de la même manière qu’il a regardé les foules.
2. Il fut pris de pitié pour elles…
Cette compassion du cœur du Christ nous ramène au début du livre de la Genèse. Après la chute, Dieu a promis qu’un jour la femme écraserait la tête du serpent et nous redonnerait une relation filiale avec le Père du ciel. Plus tard, Moïse vit la compassion de Dieu dans le buisson ardent et entendit Dieu dire : « J’ai vu la souffrance de mon peuple, j’ai entendu leurs cris…Je descendrai et les sauverai. » La promesse de la Genèse et les paroles du buisson ardent ont été accomplies. Le cœur de Dieu, plein de compassion et de miséricorde, s’est approché de l’homme, par l’Incarnation de Jésus.
3. Demandez au Seigneur d’envoyer des ouvriers à la moisson.
Le mystère de l’Incarnation est le mystère de l’amour de Dieu pour l’humanité. Jésus Christ désire demeurer toujours avec nous et il fait cela par le sacerdoce. Par le prêtre, il nous donne son Corps et son Sang dans le sacrement de l’Eucharistie, qui demeurera toujours avec nous jusqu’à la fin des temps. Et par la prêtrise, il continue son œuvre de Bon Pasteur. Prions le Maître de la moisson d’envoyer plus d’ouvriers à sa moisson, comme Jésus nous l’a demandé.
Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, je suis las et sans défense. Souvent mes choix de vie m’inquiètent et m’éloignent de ton tendre regard. Regarde-moi, Seigneur ! Revêts-moi de ton amour et sauve cette brebis qui s’égare et s’écarte de ton amour et de ta protection. Ne permets jamais que je doute de ta compassion, de ton désir de nous sauver, de ton désir de donner ta vie pour sauver la mienne. Amen.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  Invité le Mar 5 Juil 2011 - 9:10



L'évangile de mardi (Matt 9, 32-38)

:Colombe10:

Réflexion

:k;hr: L’épisode précédent racontait que Jésus avait guéri deux aveugles en touchant leurs yeux. Avec maintenant la guérison d’un muet, Matthieu montre l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe: C’est lui, Dieu, qui vient vous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds s’ouvriront. Alors le boiteux bondira comme un cerf et la langue du muet criera de joie. (Isaïe, 35,4-6)

C’est Dieu qui vient et la foule reconnaît la nouveauté de l’action de Jésus: Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël.


:k;hr: L’accueil de la foule est favorable mais en face le groupe d’opposition se durcit. Les scribes se sont scandalisés des paroles de Jésus; les pharisiens ont critiqué Jésus parce qu’il mangeait avec des publicains; les disciples de Jean Baptiste l’ont critiqué de ne pas faire jeûner ses disciples. Ici les pharisiens se durcissent et attribuent ses guérisons à Satan.

:k;hr: Mais Jésus continue de proclamer la Bonne Nouvelle aux gens de bonne volonté et les foules qui cherchent suscitent sa pitié. Il faudrait des pasteurs pour les instruire. Il recommande aux disciples d’en faire la demande au Père.

:k;hr: Dans le Royaume, l’intercession pour les autres est importante. Jésus lui-même, en plusieurs occasions, se montre sensible à une démarche de demande en faveur de quelqu’un. Quand des porteurs emmènent auprès de Jésus un paralytique, Jésus voyant leur foi dit au paralytique de se lever et il est guéri. La foi des porteurs est décisive dans la guérison du malade.

:k;hr: Luc rapporte l’histoire du centurion qui avait un serviteur qui lui était cher et qui était malade. Ce centurion envoie des anciens auprès de Jésus pour lui demander de guérir son serviteur. Ceux-ci recommandent vivement ce non-juif à Jésus qui se met aussitôt en marche pour aller chez lui.

:k;hr: La prière des disciples est donc importante pour que le Père envoie des ouvriers dans sa vigne. L’Église a retenu le message: c’est pour cela qu’elle a proclamé Thérèse de l’Enfant Jésus, une carmélite cloîtrée, patronne des missions.


:Prier2:

Jean Gobeil, s.j.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  Bnicolas34 le Mar 5 Juil 2011 - 10:49

Mardi 5/7/2011
Saint Antoine-Marie Zaccaria, Prêtre

14ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Vert)
Année A



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 32à38


JÉSUS rejeté par les pharisiens


Évangile + commentaire (audio)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].



Lien vidéo :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vu et écouté sur le site :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]









Amicalement, fraternellement
Nicolas

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"je suis ton  serviteur quelconque : je ne fais que mon devoir"

avatar
Bnicolas34
membre-actif
membre-actif

Messages : 1298
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 47
Localisation : France: Languedoc Roussillon (34)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  Invité le Mar 5 Juil 2011 - 11:14

Mt 9, 32-38
« Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. »



« On présenta à Jésus un possédé qui était muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le muet se mit à parler. La foule fut dans l’admiration, et elle disait : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! »
Mais les pharisiens disaient : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Ces pharisiens ont-ils entendu le cri de Dieu : « J’ai vu, j’ai vu la misère de mon peuple ! Avec Moise nous entendons encore le cri de Dieu : »J’ai vu la misère du peuple ! J’irai : Nous comprenons que "la foule soit dans l’admiration, et qu’elle dise : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! » Déjà dans la Genèse, nous lisons le « corps à corps » de Jacob avec Dieu après vingt ans d’exil. L’œuvre de Dieu se réalise dans un grand combat : Jacob revient dans sa terre avec sa famille, ses bœufs et ses brebis. Mais quand il franchit le torrent, il se trouve face à « quelqu’un lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. » Quand le jour se lève, Jacob demande la bénédiction de Dieu : « Je ne te lâcherai pas que tu ne m’aie bénis ! » Jacob deviendra Israël, avec ce changement de Nom, Dieu révèle son mystère. Cette lutte est le mystère de nos vies et de notre fidélité : Qui de nous n’a pas vécu ce grand combat dans la nuit : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »

« Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. »
Si Jésus a pris chair de la Vierge Marie, c’est pour faire « corps » avec toute notre réalité humaine. Voyant les foules, il eut pitié d’elles, parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. » La compassion habite son cœur. Avec Lui nous sommes témoins de la misère de nos frères. Par sa Présence, il nous aide à être présent à toute détresse ! Nous nous tournions vers le Père en le suppliant d’envoyer des ouvriers à sa Moisson. Cette présence de Dieu, Jésus la veut pour l’humanité, elle passe désormais par notre cœur. Que nous soyons Sa Présence dans l’Église pour être proche de chacun en humanité. « Il parcourt toutes les villes et tous les villages, proclamant la Bonne Nouvelle, guérissant toutes maladies. »

« Voyant les foules, Jésus eut pitié d’elles parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. »
Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » Dieu s’engage avec nous ! Désormais, le « j’irai, » de Dieu, c’est l’envoi de chacun de nous, et de nous tous ensemble avec Lui : Priez ! C’est donc de notre remise à Dieu à Dieu dont il s’agit. C’est d’abord dans la prière que nous pouvons œuvrer avec celui qui vit le mystère de l’agonie : « Seigneur non pas ma volonté, mais la tienne ». Cette prière va nous accompagner au long du jour pour nous remettre sans cesse dans l’Esprit Saint de Dieu. Allons nous tenir bon ! Oui Dieu sera là ! Il nous faut continuer la route pour accomplir la volonté de Dieu. Il nous donnera son Esprit Saint qui fera en nous cette œuvre de Dieu. Avec cette détermination, nous donnons notre vie pour que l’œuvre de Dieu se réalise dans le monde.

Nous supplions Jésus d’être présents au milieu du monde pour réaliser l’œuvre du Père, la grâce de nous offrir pour l’œuvre de Dieu.

http://vallee-aisne60.cef.fr

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  maryline le Mar 5 Juil 2011 - 12:46




Le Diable, existe-il toujours?

Aujourd'hui, c’est étrange entendre parler du "diable". Existe-il toujours? Le diable existe toujours et ne cessera d'exister! Qui sont les démons? D’où viennent-ils? Ils ne sont pas des forces impersonnelles, mais "quelqu'un": Des personnes ayant été créées par Dieu pour le bien et qui sont "condamnées" éternellement à utiliser leur liberté de façon perverse.

Être "condamné" est un état éternel et personnel triste d’ou l'âme ne ressemble à rien, ne veux rien et ne veux personne et n’admet pas être aimé. C’est une auto-expulsion de la capacité d'aimer, c’est le vide absolu, où la personne vit en contradiction avec lui-même et dont l'existence est un véritable échec. Puisque Dieu est bon, peut-il Lui accepter cela? Nous devons le comprendre depuis la perspective divine: sa bonté infinie respecte la liberté du condamné de permettre son existence selon son choix.

—Seigneur, Roi souverain, je veux plus de liberté que pour te servir, ma seule crainte est de décevoir et de te perdre à jamais.


Commentaire: REDACTION [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]évangéli.net (réalisé à partir de textes de Benoît XVI)

«Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson»



Aujourd'hui, l'Évangile nous parle de la guérison d'un possédé qui provoque des réactions différentes chez les Pharisiens et dans la foule. Alors que les Pharisiens, devant l'évidence indéniable de ce prodige, ils l'attribuent à des pouvoirs maléfiques —«C'est par le chef des démons qu'il expulse les démons» (Mt 9,34)—, la foule fut dans l'admiration: «Jamais rien de pareil ne s'est vu en Israël!» (Mt 9,33).

En commentant ce passage de l'Évangile, Saint Jean Chrysostome, nous dit: «Ce qui vraiment gênait les Pharisiens c'était de considérer Jésus supérieur à tous, et non pas seulement a ceux qui existaient à l'époque,mais à tous ceux qui avaient existé auparavant».

Or, Jésus ne se préoccupe guère de l'animadversion des Pharisiens, car Il continue fidèle à sa mission. Mieux encore, devant l'évidence que les guides d'Israël, au lieu de soigner et faire pâturer leur troupeau ne font que contribuer à l'égarer, à la vue des foules Jésus en eut pitié, car ces gens étaient las et prostrés comme des brebis qui n'ont pas de berger.

Que les foules souhaitent et remercient un bon guide a été vérifié par les visites pastorales du Pape Jean Paul II à tant de pays du monde. Que de foules s'entassaient autour de lui! Et comment elles écoutaient ses paroles, surtout les jeunes! Et cela, malgré que le Pape n'affaiblissait pas l'Évangile, mais il le prêchait avec toutes ses exigences.

Nous tous, «si nous étions conséquents avec notre foi, —nous dit saint Josemarie Escrivá— en regardant autour de nous, en contemplant le spectacle de l'histoire et du monde, nous ressentirions en notre cœur ces sentiments de Jésus», ce qui nous mènerait à une généreuse tâche apostolique.

Mais il est évident la disproportion existant entre les foules qui espèrent la prédication de la Bonne Nouvelle du Royaume et la manque
d'ouvriers. La solution nous est donnée par Jésus à la fin de l'Évangile:
«Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson» (Mt 9,38).


Commentaire: Abbé Joan SOLÀ i Triadú (Girona, Espagne)


Seigneur Jésus,
tu nous rejoins autant par tes oeuvres de miséricorde que par ta Parole,
et, en toutes tes activités, tu nous offres une nouvelle vie,
celle du Royaume de Dieu que tu nous annonces,
et dans lequel tous nos comportements sont appelés à se transformer en langage sur Dieu et langage reçu de Dieu :
donne-moi, au fil de mes lectures de tes Evangiles,
de savoir discerner quelles formes doit prendre, à notre époque et pour les hommes et les femmes de ce temps,
mon imitation de toutes tes attitudes et paroles de libération et de salut,
dans la miséricorde et le pardon des péchés. AMEN


diverses sources

_________________
Blog : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Site du doyenné :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Page Facebook : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10984
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 52
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 5 juillet:« Proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie »

Message  Invité le Mar 5 Juil 2011 - 13:06

« La moisson est abondante…Priez donc le maître de la moisson »


Textes à lire : Gn 32,23-32 ; Ps 17(16) ; Mt 9,32-38

Lire les textes

:u_g!:

Lecture : Nous lisons dans la première lecture de ce mardi, la suite de l’histoire de Jacob. Ce dernier rentre chez lui après un exil de vingt ans, à la fuite de son grand frère à qui il avait ravi le droit d’aînesse, et qui s’était juré de se venger en le tuant. Apprenant que son frère Ésaü l’attendait avec une armée, « cette même nuit, Jacob se leva, il prit ses deux femmes, ses deux servantes, ses onze enfants, et passa le gué du Yabboq. Il leur fit traverser le torrent et il fit passer aussi tout ce qui lui appartenait » (vv.23-24).

Cette nuit-là, le Patriarche est assailli à l’improviste par quelqu’un de mystérieux qu’il n’arrive pas à identifier à cause de l’obscurité (Cf. vv.25b-26). L’être mystérieux lui donne alors un nouveau nom : Israël qui signifie : Dieu est fort, Dieu triomphe. Plus tard Jacob comprendra que c’était avec Dieu qu’il s’était battu.

La tradition spirituelle de l’Église a retenu de ce récit le symbole de la prière comme combat de la foi et victoire de la persévérance. C’est la longue nuit de la recherche de Dieu, de la lutte comme en un corps à corps symbolique, pour connaître son nom et voir son visage. Nuit de la prière et du désir de Dieu, qui culmine dans un abandon de soi à sa miséricorde. Ainsi, toute notre vie est comme cette longue nuit de combat et de prière, habitée par le désir de la bénédiction divine, qui, reçue avec humilité, nous change réellement et nous donne une nouvelle identité.

Dans l’Évangile, la prière apparaît comme la première consigne missionnaire. Dans son souci de relever et de sauver l’humanité, Jésus dit à ses disciples: « La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » (vv.37-38)..

Méditation : Nous allons centrer notre méditation sur trois points essentiels :
1. La moisson est abondante. Comme au temps du Christ, la moisson est abondante sous nos yeux. Il y a tant à faire ! Tant d’âmes ont soif du Christ. Combien de Chrétiens ne connaissent pas bien leur foi et attendent inconsciemment que quelqu’un les invite à l’approfondir ? Combien d’hommes aimeraient mieux connaître et mieux aimer le Christ dans leur vie ? Oui, la moisson est abondante.

2. Les ouvriers sont peu nombreux. L’Église n’a pas seulement besoin de prêtres aujourd’hui mais aussi d’apôtres laïcs actifs. Nous sommes une église missionnaire et notre foi est affermie quand elle est partagée avec d’autres. En vertu de son baptême, tout Chrétien est appelé à être apôtre. Est-ce que je participe activement à la vie de l’Église? Ai-je aidé quelqu’un dernièrement à connaître et à aimer le Christ ? Bref, Jésus a besoin de mon aide pour récolter la moisson.

3. Priez pour les vocations. Jésus nous dit de prier le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers. Répondons sérieusement à cette demande.

Premièrement, prions pour que tous les Chrétiens vivent vraiment leur vocation apostolique. Deuxièmement, prions particulièrement pour des vocations à la prêtrise et à la vie consacrée.

Prière : Seigneur Jésus, quand je pense aux besoins du monde et de l’Église, je me sens incité à faire quelque chose. Aide-moi à déchiffrer ton appel et à y répondre généreusement.

Action : Prie spécialement aujourd’hui pour l’appel des jeunes à la vie sacerdotale et religieuse, et pour ta propre consécration à Dieu.

:Bible20:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum