bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook
anipassion.com

Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  maryline le Ven 15 Juil 2011 - 6:27

Le vendredi de la 15e semaine du temps ordinaire



Livre de l'Exode 11,10.12,1-14.

Moïse et Aaron avaient accompli toutes sortes de prodiges devant Pharaon ; mais le Seigneur avait endurci le cœur de Pharaon ; et celui-ci ne laissa pas les fils d'Israël sortir de son pays. Dans le pays d'Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l'année. Parlez ainsi à toute la communauté d'Israël : le dix de ce mois, que l'on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l'agneau d'après ce que chacun peut manger. Ce sera un agneau sans défaut, un mâle, âgé d'un an. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. Vousle garderez jusqu'au quatorzième jour du mois. Dans toute l'assemblée de la communauté d'Israël, on l'immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l'on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous n'en mangerez aucun morceau qui soit à moitié cuit ou qui soit bouilli ; tout sera rôti au feu, y compris la tête, les jarrets et les entrailles. Vous n'en garderez rien pour le lendemain ; ce qui resterait pour le lendemain, vous le détruirez en le brûlant. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c'est la Pâque du Seigneur. Cette nuit-là, je traverserai le pays d'Égypte, je frapperai tout premier-né au pays d'Égypte, depuis les hommes jusqu'au bétail. Contre tous les dieux de l'Égypte j'exercerai mes jugements : je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d'Égypte. Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C'est une loi perpétuelle : d'âge en âge vous la fêterez. »


Psaume 116(115),12-13.15-16ac.17-18.

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu'il m'a fait ?
J'élèverai la coupe du salut,
j'invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce,
j'invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple,


Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 12,1-8.

En ce temps-là, Jésus passait, un jour de sabbat, à travers les champs de blé, et ses disciples eurent faim ; ils se mirent à arracher des épis et à les manger. En voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire le jour du sabbat ! » Mais il leur répondit : « N'avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, ainsi que ses compagnons ? Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de l'offrande ; or, cela n'était permis ni à lui, ni à ses compagnons, mais aux prêtres seulement. Ou bien encore, n'avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre aucune faute ? Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple. Si vous aviez compris ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices, vous n'auriez pas condamné ceux qui n'ont commis aucune faute. Car le Fils de l'homme est maître du sabbat. »


levangileauquotidien.org


Dernière édition par maryline le Ven 15 Juil 2011 - 6:49, édité 1 fois

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10981
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 51
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  maryline le Ven 15 Juil 2011 - 6:30


«C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»


Aujourd'hui, le Seigneur se rapproche du semis de ta vie, pour cueillir les fruits de sainteté. Trouvera-t-Il quand Il viendra de la charité, de l'amour pour Dieu et pour autrui? Jésus, qui corrige la casuistique méticuleuse des rabbis, celle qui rendait insupportable la loi du repos sabbatique: devra-t-il te rappeler qu'Il est seulement intéressé à ton cœur, à ta capacité d'aimer?

«Voilà que tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire le jour du sabbat!» (Mt 12,2). Et ils l'ont dit convaincus, ce qui est incroyable! Comment interdire de faire toujours le bien? Il y a quelque chose qui te rappelle qu'il n'existe aucune motivation t'excusant de ne pas vouloir aider l'autre.

La véritable charité consisterait à respecter les exigences de la justice, en évitant l'arbitraire ou le caprice personnel, mais en empêchant la rigidité qui tue l'esprit de la loi de Dieu, qui n'est qu'une invitation continuelle à aimer, à se donner aux autres.


«C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices» (Mt 12,7).
Répète ces paroles maintes fois, afin de les graver dans ton cœur: Dieu, riche en miséricorde, nous veut miséricordieux.

«Que ce Dieu est prochain de celui qui confesse sa miséricorde! Oui; Dieu n'est pas loin de ceux qui sont contrits de cœur» (Saint Augustin). Et que tu es loin de Dieu quand to permets que ton cœur s'endurcisse comme la pierre!

Jésus-Christ accusa les pharisiens de condamner les innocents. Une grave accusation. Et toi? T'intéresses-tu vraiment aux choses de ton prochain? Les juges-tu avec affection, avec sympathie, comme celui qui juge un ami ou un frère? Essaie de ne pas perdre le nord de ta vie.

Demande à la Vierge de te faire miséricordieux, que tu saches pardonner. Sois bienveillant. Et si tu découvres dans ta vie quelque détail qui puisse contraster avec cette disposition de fond, maintenant c'est un bon moment pour rectifier, tout en formulant quelque propos efficace.


Commentaire: Abbé Josep RIBOT i Margarit

evangeli.net

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10981
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 51
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  alice le Ven 15 Juil 2011 - 6:42


Commentaire du jour
Aphraate (?-v. 345), moine et évêque près de Mossoul, saint des Églises orthodoxes
Les Exposés, n° 13, 1.3.9


« Un repos, celui du septième jour, est réservé au peuple de Dieu » (He 4,9)

Le sabbat n'a pas été établi comme une épreuve permettant un discernement entre la vie et la mort, entre justice et péché, ainsi que d'autres préceptes par lesquels « l'homme trouve la vie » (Lv 18,5) ou la mort s'il ne les observe pas. Non, le sabbat, en son temps, a été donné au peuple en vue du repos ; avec les hommes, les bêtes devaient cesser le travail (Ex 23,12)...

Si le sabbat n'avait pas été institué pour le repos de tout être qui exerce un travail corporel, les créatures qui ne travaillent pas auraient dû, dès l'origine, elles aussi, observer le sabbat afin d'être justifiées. Au contraire, nous voyons, sans répit, le soleil s'avancer, la lune parcourir son orbite, les étoiles poursuivre leur course, les vents souffler, les nuages voguer dans le ciel, les oiseaux voler, les ruisseaux sourdre des sources, les vagues s'agiter, les éclairs tomber et illuminer la création, le tonnerre éclater violemment en son temps, les arbres porter leurs fruits, et chaque créature grandir et se fortifier. Nous ne voyons en vérité aucun être se reposer le jour du sabbat, sauf les hommes et les bêtes de somme qui sont soumis à la loi du travail.

A aucun des justes de l'Ancien Testament le sabbat n'a été donné pour qu'il y trouve la vie... Mais la fidélité au sabbat a été prescrite afin que se reposent serviteurs, servantes, mercenaires, étrangers, bêtes de somme, afin que puissent se refaire ceux qui sont accablés par leur travail. Car Dieu a soin de toute sa création, des bêtes de somme comme des bêtes féroces, des oiseaux comme des animaux sauvages. Écoute maintenant quel est le sabbat qui plaît à Dieu. Isaïe l'a dit : « Voici mon repos : faites reposer celui qui est fatigué » (28,12)... Nous donc, gardons fidèlement le sabbat de Dieu ; faisons ce qui plaît à son cœur. Nous entrerons ainsi dans le sabbat du grand repos où ciel et terre se reposeront, où toute créature est recréée.




_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  Invité le Ven 15 Juil 2011 - 7:14

Mt 12, 1-8 « En ce temps-là, Jésus passait, un jour de sabbat, à travers les champs de blé, et ses disciples eurent faim. »
:k;hr:« Les disciples se mirent à arracher des épis et à les manger. En voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! » Mais Jésus leur répondit : « N’avez- vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, ainsi que ses compagnons ? or, cela n’était permis ni à lui, ni à ses compagnons, mais aux prêtres seulement." C’est à partir de l’autorité de David que Jésus manifeste son autorité ! Jusqu’alors on offrait à Dieu des sacrifices, le Sabbat était contraignant ! Jésus annonce des temps nouveaux et le sablier se retourne. Le renversement est total, c’est Dieu désormais qui vient à notre secours. David préfigurait déjà ce renversement ! L’incarnation, la venue de Jésus dans la chair, l’accueil de Jésus fait par Marie préfigure que toute l’humanité entre dans un nouvel amour. Jésus n’a qu’un souci, que son amour bouillonne dans notre cœur et que nous nous aimions les uns les autres. L’amour infini de Dieu qui prend tout, brûle tout dans nos vies désormais.

:k;hr: « Ou bien encore, n’avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre aucune faute ? » Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple.« Le mystère du cœur de Jésus ouvert où coulent l’eau et le sang est énoncé. La Pâque est préfigurée. Désormais l’humanité va faire corps en Jésus pour une toute nouvelle relation à Dieu. Face à cette communauté nouvelle on va s’exclamer : »Voyez comme ils s’aiment ! « Il y a ici plus grand que le Temple, » dit Jésus. L’amour infini de Dieu prendra corps dans l’agneau pascal, dans la chair offerte du Christ et dans son sang répandu. Nous sommes désormais invités au banquet des noces de l’Agneau où l’époux lui-même s’offre en nourriture. Ce n’est plus l’homme qui fait des sacrifices pour Dieu, c’est Dieu qui se « sacrifie », qui fait de lui, pour nous, une offrande sacrée. Quand le feu de l’Amour de Dieu prend tout dans notre vie, nous sommes les enfants du Dieu vivant.

:k;hr: « Si vous aviez compris ce que veut dire cette parole : C’est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices, vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont commis aucune faute. » Car le Fils de l’homme est maître du sabbat. » « Comment rendrais-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? J’élèverai la coupe du salut et j’invoquerai le nom de Seigneur. » C’est ce que nous faisons désormais dans chaque Eucharistie : Élever la coupe du salut ! Cette coupe remplie de toute la douleur du monde est plongée dans le cœur du Christ qui a porté toute la douleur du monde. Cette coupe de « malédiction » est transformée en coupe de bénédiction. Que rendrai-je au Seigneur pour cet amour infini ? Ce sera pour vous un mémorial. La seule préoccupation de Jésus est que son amour se réalise dans nos vies. C’est la miséricorde que je veux et non les sacrifices. Nous sommes au Christ et le Christ est à Dieu. « Le sabbat est pour l’homme et non l’homme pour le sabbat. » « Le temple véritable c’est le Christ, » et à la suite du Christ chacun de nos cœurs.
:8lù^d9:

Nous demandons à Jésus la grâce d’entrer dans l’amour infini de Dieu pour l’aimer et nous aimer les uns les autres
.

http://vallee-aisne60.cef.fr/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  Invité le Ven 15 Juil 2011 - 7:44


« C’est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices »

Textes à lire : Ex 11,10-12,14 ; Ps 116(115) ; Mt 12,1-8

Saint Bonaventure Lire les textes

:Bible4:
Lecture : Nous faisons mémoire en ce jour de saint Bonaventure, Evêque et docteur de l’Eglise (1243-1274). Né à Bagio-Regio en Italie, Bonaventure qui n’a que quatre ans est attaqué par une maladie qui porte les médecins à désespérer de sa vie. Mais, sa maman fait recours à saint François d’Assise, le suppliant d’intercéder pour ce fils qui lui est si cher. Pris de compassion, le Saint intercéda et l’enfant fut guéri. Par reconnaissance, il entre plus tard dans l’Ordre Franciscain et se distingue par son esprit de science, de paix et réconciliation, de prière dont le crucifix en est la source. Parmi ces nombreux ouvrages, nous pouvons noter l’Itinéraire de l’âme vers Dieu dans lequel il conseille que : celui qui s’engage vers Dieu doit « donner peu à la langue et beaucoup à la joie intérieure ; peu à la parole et aux livres, et tout au don de Dieu, c’est-à-dire au Saint-Esprit. »

La première lecture nous retrace l’institution majeure de l’Ancien Testament, la pâque juive. Elle désigne le rite mémorial de la libération des Israelites de l’esclavage en Egypte. Partant, Dieu donne des prescriptions à Moïse et Aaron par rapport aux dispositions à cette libération, et il leur commande d’en faire un mémorial perpétuel : « Vous en ferez mémoire et vous le fêterez comme une fête pour Yahvé, dans vos générations vous la fêterez, c’est un décret perpétuel » (v. 14). Et nous pouvons nous demander pourquoi est-ce que nous ne la fêtons pas. La réponse est la suivante :

En choisissant de donner sa vie pour nous à la veille de cette fête, Jésus lui a donné toute une autre signification. Désormais, nous parlons de la Pâques du Seigneur, qui commémore, son passage de la mort à la vie et marque la naissance du nouveau peuple de Dieu, qu’est l’Église, libéré de la servitude du péché. C’est ce qui s’est également passé avec le sabbat, dont parle l’Évangile.

Tout comme la pâque juive, le sabbat est une institution majeure de l’Ancien Testament. Il commémore le repos que Dieu a observé le septième jour de la création. La réaction des pharisiens dans l’Évangile nous montre avec quelle rigueur, ils observaient le repos sabbatique. Ils sont en fait scandalisés de voir les disciples arracher des épis de blé et les manger un jour de sabbat, comme si manger ce jour-là devenait un crime. D’où cette pensée en eux : « Comment celui-ci peut-il venir de Dieu s’il ne respecte le repos sabbatique ? » Dans sa réponse, Jésus les invitera à aller au-delà de l’observance extérieure du sabbat, pour comprendre sa signification profonde : « Si vous aviez compris ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices, vous n'auriez pas condamné ceux qui n'ont commis aucune faute » (v. 7). Dans une autre occasion, Jésus dira sur le même sujet : « Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat » (Mc 2,27).

Dès lors, Jésus nous fait comprendre que la loi du sabbat et les autres lois sont au service de l’homme et confiées à son autorité morale. Et puisque Jésus Christ est l’homme parfait, il est maître de la loi du sabbat et de toute loi (v.8). Par conséquent, toute loi qui va contre la miséricorde, la vie et l’amour montre ipso facto sa caducité, car elle écrase l’homme au lieu de le sauver.

Avec la résurrection de Notre Seigneur le premier jour de la semaine (le dimanche), ce jour est devenu pour nous le jour du Seigneur. C’est-à-dire le jour de prendre congé de notre activité humaine et de célébrer la Pâques de Notre Seigneur.
Evil or Very Mad
Méditation : La Parole de Dieu de ce jour nous invite à revoir comment nous sanctifions le jour du Seigneur. Le dimanche devrait être un jour par excellence pour donner le repos bien mérité à nos employés (dans le cas où nous serions des employeurs), un jour pour célébrer avec nos frères et sœurs la résurrection de Notre Seigneur (en allant à la messe dominicale), un jour pour accomplir des œuvres de miséricorde telles que visiter les malades et les prisonniers, se faire proche de celui qui a besoin de nous, etc.

Prière : Seigneur Jésus, fais de nous de vrais fils de la miséricorde.

Action : Planifie ta journée du dimanche à la lumière de ta méditation


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  Invité le Ven 15 Juil 2011 - 9:10



Saint Matthieu 12, 1-8

Prière d’introduction
Seigneur, je crois en toi ; je sais que tu es présent ici et partout ; je sais que tu me cherches et que tu me guides en permanence. J’ai confiance en toi et j’espère en toi car je sais que tu ne me mèneras jamais à ma perte, si seulement je t’écoute et je t’obéis. Je t’aime car tu es si bon et si patient avec moi et je désire vivre chaque jour plus fidèlement envers toi.
Demande

Jésus, doux et humble de cœur, rends mon cœur semblable au tien !

Points de réflexion




1. Marcher avec le Seigneur
Réfléchissons au contexte de ce passage. Jésus marchait avec ses disciples à travers un champ de blé – peut-être avaient-ils emprunté un raccourci pour aller à la synagogue, puisqu’on ne pouvait couvrir que de courtes distances le jour du sabbat. Ils avaient le privilège d’une relation familière avec le Fils de Dieu. Les disciples étaient à l’aise et insouciants, se sentant en sécurité au côté du Seigneur tout-puissant et omniscient. Ce temps personnel avec lui devait être très important pour eux ; apprendre par l’exemple de Jésus leur donnait confiance et les aiderait plus tard quand ils voyageraient partout après que Jésus n’était plus présent visiblement, après l’Ascension. En ce moment il est encore présent avec nous, même de façon invisible. Il habite en nous par la grâce sanctifiante. Nous n’avons qu’à élever notre esprit et notre cœur vers lui dans la prière. Comme cela changerait notre façon de sentir si seulement nous nous en souvenions plus souvent !
2. Un problème de priorité
Ce moment idyllique est troublé par les Pharisiens, qui devaient se trouver à côté – allant peut-être à la même synagogue pour prier. Ils scrutent tous les mouvements de Jésus et de ceux qui le suivent, et sont prompts à les critiquer, les accusant de « travailler » le jour du sabbat, en cueillant des épis. Cela ne pouvait pas vraiment être considéré comme une atteinte majeure à la Loi, mais ils étaient obsédés par les plus petites formalités de la Loi, en en ignorant complètement l’esprit. Si nous nous trouvons très perfectionnistes et critiques des autres sur de petits détails, cela peut être un signe que nous essayons de nous montrer sous un bon jour afin de compenser de plus profondes déficiences. Alors qu’il y a sûrement des aspects non négociables de foi et moralité, il faut se souvenir qu’amour et miséricorde et le salut des âmes ont la priorité sur toutes formalités extérieures.
3. Critique négative
Un autre signe du manque de pureté d’intention des Pharisiens, se trouve ici dans le fait que lorsqu’ils pensent voir une faute chez les autres, ils ne cherchent pas à les instruire et à les guider, mais seulement à les critiquer et les accuser. Au lieu d’appeler Jésus ou ses disciples discrètement pour expliquer comment ils comprennent la Loi, ils assènent leur jugement avec rudesse. Le Christ, au contraire, répond patiemment en expliquant et justifiant l’attitude de ses disciples. Il ne se laisse pas entraîner à se confronter à eux mais il essaie de leur ouvrir les yeux et le cœur. Plus tard il prendra un ton plus accusateur quand ses efforts seront rejetés, et quand il faudra essayer d’empêcher ceux présents de tomber dans les pièges des Pharisiens. Jésus, doux et humble de cœur cherche toujours seulement à aider et à sauver ceux qui sont perdus.
Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, merci de ta présence dans ma vie ; aide-moi à mieux ressentir ta présence au cours de la journée ! Je veux être plus comme toi, doux et humble de cœur, tout en étant juste et prêt à lutter pour la vérité. Transforme-moi par le pouvoir de ta grâce !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parole et méditations du 15 Juillet «C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices»

Message  Bnicolas34 le Ven 15 Juil 2011 - 11:43

Vendredi 15/7/2011
Saint Bonaventure, Evêque et Docteur de l’Eglise
15ième semaine du Temps Ordinaire
(Couleur liturgique : Blanc)
Année A



Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 12 : 1à8


JÉSUS est le Fils de l’homme, MAÎTRE du sabbat


Évangile + commentaire (audio)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].



Lien vidéo :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vu et écouté sur le site :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]









Amicalement, fraternellement
Nicolas

_________________

"je suis ton  serviteur quelconque : je ne fais que mon devoir"

avatar
Bnicolas34
membre-actif
membre-actif

Messages : 1290
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 46
Localisation : France: Languedoc Roussillon (34)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum