bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (I)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (I)

Message  alice le Mar 27 Déc 2011 - 10:57

27 décembre - Marie Mère de Saint Jean - 1ère Apparition à Paray-le-Monial

Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (I)

S'il y a une unité profonde dans toute l'Ecriture, il y a donc un point de départ et un terme, puisque l'Esprit Saint a voulu nous révéler le mystère de Dieu à travers une histoire. Or qu'est-ce qui achève toute l'Ecriture ? C'est Saint Jean, ce sont les écrits johanniques. Toute la Révélation officielle s'achève par les écrits johanniques.

Par le fait même, c'est dans la lumière de Saint Jean que nous devons lire toute l'Ecriture et comprendre toute la Révélation. Mais pourquoi le Saint-Esprit a-t-il choisi Saint Jean pour nous donner les derniers secrets ? Parce que Jean est le disciple bien-aimé. Mais Jean est également celui qui a reçu Marie - c'est aussi très important. La parole de Dieu est en effet une parole vivante liée à la « bonne terre », donc à la Tradition ; et le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie.

C'est Marie qui est la Tradition chrétienne dans sa source. Il fallait donc que celui qui nous donne en dernier lieu le mystère de la parole de Dieu soit celui-là même qui a été intimement lié au mystère de la « bonne terre ». Ainsi Jean est lié au coeur du Christ et il est lié à Marie ; il est lié à elle parce qu'il l'a reçue au moment même où Marie était là, présente auprès de Jésus, et vivait le mystère de la Croix.


Extraits de « Suivre l'Agneau »
du Père Marie Dominique Philippe - Saint Paul 2005 p. 48 à 56
Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.


_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (I)

Message  Invité le Mar 27 Déc 2011 - 14:03





Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (II)

Message  Invité le Mer 28 Déc 2011 - 17:18

28 décembre - Saints Innocents - Décès de Benoite Rencurel du Laus (1647)



Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (II)

Selon les précisions exégétiques récentes des meilleurs exégètes de saint Jean - le P. Feuillet, le P. Braun, le P. Spicq - l'Evangile de Jean a été écrit très tard. C'est la dernière oeuvre révélée. Dans toutes les Bibles, l'Apocalypse est placée en dernier lieu ; mais en réalité ce n'est pas l'Apocalypse qui termine. C'est l'Evangile de Jean. (?)

Jean n'était pas très pressé d'écrire. Je crois même qu'il n'avait pas du tout envie d'écrire - et ça se comprend très bien. Quand on a été témoin de certaines choses, quand on a été tellement lié à quelqu'un - les liens entre Jésus et Jean ! - on n'a pas du tout envie d'écrire. Et puis Jean ne pouvait pas écrire du vivant des Apôtres : « Je suis le disciple bien-aimé ». Cela n'aurait pas été très délicat à l'égard des autres.

On peut penser que Jean a rencontré Luc qui est un intellectuel, un artiste, un homme très intelligent, d'une intelligence très fine. Il écrit un grec parfait, très beau, alors que le grec de Jean est beaucoup plus chaotique. Jean a donc rencontré Luc, qui pourra écrire tout ce que Jean lui communiquera. Ce lien entre Jean et Luc me rappelle toujours celui que Dieu a réalisé entre Moïse et Aaron au moment de la vocation de Moïse. Lorsque Dieu demande à Moïse d'aller trouver Pharaon pour libérer le peuple d'Israël en le faisant sortir d'Egypte, Moïse a peur et il trouve tout de suite une bonne excuse : « Excuse-moi, mon Seigneur ! Je ne suis pas éloquent. » Et Dieu lui répond : « N'y a-t-il pas Aaron, ton frère, le lévite ? Je sais qu'il parle bien, lui. » Moïse est l'inspiré, et Aaron celui qui parlera. Dieu aime jumeler les instruments.

N'y a-t-il pas quelque chose de semblable entre Jean et Luc ? Jean ne bégaie pas, mais il aime trop, ce qui est une autre manière de bégayer. Et lorsqu'il rencontre Luc, Jean se croit déchargé. C'est merveilleux : Luc transmettra tout ce que Jean a à dire, tout ce que Marie a transmis à Jean. C'est pour cela, du reste, que l'Evangile de Luc est tellement proche de celui de Jean, et les bons exégètes sont attentifs à cette dépendance de Luc à l'égard de Jean.


Extraits de « Suivre l'Agneau »
du Père Marie Dominique Philippe - Saint Paul 2005 p. 48 à 56


Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (III)

Message  alice le Jeu 29 Déc 2011 - 6:49

29 décembre - Notre-Dame des Fleurs (1336)

Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (III)
Je crois que c'est Jean qui a communiqué à Luc la plupart des choses que celui-ci nous dit. Regardons tout ce que saint Luc nous raconte sur le début de la vie de Jésus : l'Annonciation, la Visitation, Bethléem, la naissance, toute la vie cachée ? Qui est-ce qui a été témoin de la vie cachée ?

Luc est un historien et il a une très bonne intelligence ; et il nous prévient, dans le Prologue de son Evangile, qu'il veut dire les choses depuis le commencement (Lc 1,2-3). Il veut donc avoir des témoins. Or qui est-ce qui a été témoin du point de départ ? Il n'y a qu'un seul témoin : c'est Marie. Et qui est-ce qui a reçu Marie ? C'est Jean. Il est donc facile de comprendre que Luc a beaucoup reçu de Jean. Je ne dis pas qu'il a tout reçu de lui, mais Jean est tout de même sa source principale. Du reste, si nous avions été à la place de Luc, intelligent comme Luc, nous aurions tous fait ça.

Mettons-nous un instant à la place de Luc : Marie, sans doute, vit encore, elle est chez Jean ; Luc, lui veut écrire un Evangile plus complet que celui de Marc et de Matthieu. Que va-t-il donc faire ? Il va trouver la source, cela va de soi. Les intellectuels, aujourd'hui, savent bien trouver les vieux manuscrits. S'ils apprennent qu'il y a, dans une bibliothèque, un vieux manuscrit étonnant, que personne n'a encore consulté, ils n'hésiteront pas à faire des kilomètres et des kilomètres, à perdre un temps considérable pour essayer de comprendre un peu ce manuscrit. Et quand ce ne serait pas un écrit, mais une source qui est ainsi cachée, que ne ferait-on pas ?

Le coeur de Marie n'est pas un document, c'est une source. « Elle gardait dans son coeur » la parole de Dieu (Lc 2,19 et 51).


Extraits de « Suivre l'Agneau »
du Père Marie Dominique Philippe - Saint Paul 2005 p. 48 à 56
Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.




_________________

Pour moi vivre c'est le Christ
avatar
alice
Animation
Animation

Messages : 3663
Date d'inscription : 11/02/2010
Age : 39
Localisation : tampon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (I)

Message  Invité le Jeu 29 Déc 2011 - 10:49





Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (I)

Message  Invité le Ven 30 Déc 2011 - 18:52

30 décembre - Italie. Sainte Marie de S. Celso (1485)



Le premier moment de la Tradition, c'est le coeur de Marie (IV)


Jean se considérait donc comme libéré. Plus besoin d'écrire d'Evangile, puisque Luc l'a écrit. Jean en était très heureux mais Dieu l'attendait. Le Saint Esprit agit toujours comme cela. Il est d'une souplesse étonnante, et il ne « boude » jamais. Saint Jean est un exemple merveilleux de cette conduite miséricordieuse de Dieu à notre égard.

En effet, à la fin de sa vie, le vieux Jean de quatre-vingt cinq ans est réfugié à Patmos « à cause de la Parole (Logos) de Dieu et du témoignage de Jésus » (Ap 1,9). Et voici que le Saint Esprit l'attend, le saisit, et Jean reçoit cette révélation étonnante de l'Apocalypse, qui le bouleverse profondément. Il faut la lire parce que c'est une révélation extraordinaire, qui a fait comprendre à Jean que toute l'Eglise est liée au Christ. C'est la grande Révélation de la Très Sainte Trinité, c'est la grande Révélation de l'Agneau.

Quand Jean reçoit cette révélation, il comprend que l'Eglise du Christ, celle qui est née de la Croix, devra suivre tout ce que Jésus a vécu. Eglise du Christ, elle doit le suivre, « suivre l'Agneau partout où il va » (Ap 14,4), et donc vivre nécessairement tout ce que l'Agneau a vécu. Elle doit vivre l'Agonie, la Croix, le Sépulcre. A partir de ce moment-là, il y a dans le regard de Jean sur l'Eglise quelque chose de tout à fait nouveau. Et à partir de cette révélation, Jean aime cette Eglise d'une manière toute nouvelle.

C'est ce qui nous fait comprendre qu'après l'Apocalypse, il a dû écrire sa première Epitre, qui est son livre de spiritualité. L'Apocalypse est le livre de l'espérance, parce qu'il nous fait comprendre que nos luttes sont celles de Jésus, et la Première Epitre est le livre de la charité fraternelle, où Jean nous fait comprendre ce qu'est la vie chrétienne et quelles en sont les grandes dimensions : lumière, charité, amour.

Enfin Jean nous donne l'Evangile, qui est le livre de la foi contemplative, en commençant par le Prologue, qui est difficile, mais magnifique, puisqu'il donne la lumière sur tout le reste.


Extraits de « Suivre l'Agneau »
du Père Marie Dominique Philippe - Saint Paul 2005 p. 48 à 56




Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen.





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum