bienvenue.gif










http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon


hymne
avec Facebook

Les saints du 21 février : SAINT PIERRE DAMIEN (+ 1072)

Aller en bas

Les saints du 21 février : SAINT PIERRE DAMIEN (+ 1072)

Message  Invité le Mar 21 Fév 2012 - 20:18


Saints et Saintes du jour



SAINT PIERRE DAMIEN (+ 1072)

Confesseur et Docteur de l'Eglise. Il est originaire de Ravenne. Dernier enfant d'une famille pauvre, orphelin très jeune, souvent maltraité, il connut la faim dans son enfance. Tout en gardant les porcs, il étudie et cet écrivain-né est aidé par son frère Damien qui lui donne la possibilité de faire de brillantes études, ce pourquoi il prendra son nom.

Très doué, il est d'abord enseignant, rhéteur riche et prestigieux. La rencontre de deux ermites l'amène dans un petit ermitage fondé selon l'idéal de saint Romuald. Il s'y voue à la prière, à l'ascèse, à l'étude des Saintes Ecritures, à la contemplation, à la prédication aussi.

Son monastère lui demande d'être un maître en exégèse en même temps qu'il est un maître de la vie spirituelle. Nommé prieur à Font-Avellane, il est en relation avec les grands monastères de son époque, comme Cluny ou le Mont-Cassin. L'Eglise connaît une période difficile où bien des clercs, prêtres et moines, mènent une vie débauchée, en tous cas relâchée.

En 1057, il est nommé cardinal-évêque d'Ostie et chargé de mission à Milan, Cluny, Francfort, etc ... Il soutient les papes dans leur action réformatrice, mais Léon IX est obligé de le tenir à l'écart à cause de bien des évêques. Plus tard, les papes suivant lui donneront d'importantes missions officielles de conciliation et de réforme. Ses écrits spirituels ouvrages, lettres et sermons ont fait de lui un docteur de l'Eglise.


Autres Saints et Saintes du Jour

SAINT EUSTATHE (+ 377)

SAINT FELIX (+ 128)

SAINT GEORGES (+ 805)

SAINT GERMAIN (7ème s.)

SAINT GOMBERT (+ 675)

SAINTE IRENE (+ 379)

SAINT JEAN DE CONSTANTINOPLE (+ 577)

BIENHEUREUX NOEL PINOT (+ 1794)

SAINT PEPIN DE LANDEN (+ 640)

SAINT PIERRE MAVIMENE (+ 734)

SAINT TIMOTHEE (+ 795)

SAINT ZACHARIE (+ 614)



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les saints du 21 février : SAINT PIERRE DAMIEN (+ 1072)

Message  Invité le Mar 21 Fév 2012 - 20:23



Bouquet spirituel: «Amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni la rouille ni les vers ne rongent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.» Mt. 6, 20
:pmolçà: :pmolçà: :pmolçà:

BIENHEUREUX DIDACE PELLETIER
(1657-1699)

Le Bienheureux Didace Pelletier naquit le 28 juin 1657, du mariage de Georges Pelletier et de Catherine Vanier, originaires de Dieppe, en France.

Sa vie, réduite à quelques événements extérieurs, peut se résumer en peu de mots. Assez tôt, l'enfant fréquenta l'école d'apprentissage fondée par Mgr de Laval et établie à Saint-Joachim, non loin de Sainte-Anne-de-Beaupré: il y apprit le métier de charpentier et de menuisier, dans lequel il excella.

Après une enfance et une jeunesse passées dans le travail, la piété et l'amour de l'innocence, il entra, à l'automne de 1678, chez les Récollets de Québec. Il avait 21 ans. Le 3 février 1679, il revêtit l'habit franciscain, reçut le nom de Didace, en l'honneur d'un Saint espagnol, patron des Frères convers et, le 5 février 1680, il prononça ses voeux de religion.

Le Frère Didace demeura encore trois ou quatre ans à Notre-Dame des Anges de Québec. Son talent de menuisier et de charpentier l'amena à prendre une large part aux travaux de construction que les Récollets de cette époque firent exécuter. Il fut envoyé à l'île Percée et à l'île Bonaventure, en Gaspésie (1683-1689), à Plaisance, en l'île de Terre-Neuve (1689-1692), à Montréal (1692-1696) et enfin à Trois-Rivières (1696-1699) C'est dans cette dernière ville, alors qu'il travaillait à la charpente de l'église des Récollets, qu'il contracta la pleurésie qui devait l'emporter.

Transporté d'urgence à l'hôpital des Ursulines, le malade réclama les derniers sacrements, en dépit de l'avis du médecin qui déclarait le danger encore éloigné. Après avoir répondu lui-même aux prières des agonisants, il expira sur les six heures du soir. C'était le samedi 21 février 1699. Il avait 41 ans, dont 20 passés chez les Récollets.


Revue Magnificat Avril 1999

:pmolçà: :pmolçà: :pmolçà:


SAINT PÉPIN de LANDEN
Duc de Brabant
(580-640)


Pépin de Landen nous montre d'une manière admirable, en sa personne, que la sainteté n'est point incompatible avec les plus hautes dignités de ce monde. Fils de prince, il fut maire du palais sous plusieurs rois de France, et se conduisit, dans cette haute charge, presque égale à la dignité royale elle-même, avec une prudence remarquable.

Souvent les rois ont à se plaindre de leurs sujets, et les sujets ont lieu de murmurer contre les rois: Pépin obligé par ses fonctions à maintenir l'ordre et la justice, agit avec une loyauté si parfaite, que jamais on ne le vit montrer de partialité, ni pour le roi, ni pour le peuple, et qu'il sut réprimer sans faiblesse les excès du peuple comme les excès de son roi.

Le roi Clotaire II ne se contenta pas de donner à ce noble prince la première charge de son royaume, il l'honora de toute sa confiance et mit entre ses mains l'éducation de son fils Dagobert. Pépin n'omit rien de ce qui pouvait imprimer au coeur du jeune prince la crainte de Dieu et l'amour de la justice. Il lui mettait souvent sous les yeux cette belle parole de nos Saints Livres: Le trône d'un roi qui rend justice aux pauvres ne sera jamais ébranlé.

Plus tard, le prince devenu roi de France, ayant oublié les leçons de son illustre maître, le fidèle et invincible Pépin ne craignit pas de lui en faire des reproches sévères; si bien que de vils flatteurs en profitèrent pour inspirer au roi de mettre à mort ce censeur gênant; mais Dagobert, d'abord irrité de cette leçon, rentra en lui-même, et il montra plus que jamais une vénération profonde pour le mérite et la vertu d'un si grand ministre.

Quand Pépin mourut, il fut pleuré à l'égal du meilleur des rois. Il laissa la réputation d'un saint, et chacun rappelait avec douceur et reconnaissance qu'il avait toujours été le gardien des lois, le soutien des faibles, l'ennemi des divisions, l'ornement de la cour, l'exemple des grands, le père de la patrie. A cette époque, estimée aujourd'hui barbare, la grâce de Dieu et la droiture naturelle ont fait de Pépin de Landen un ministre comme on en chercherait en vain aujourd'hui.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum