bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

La prière "c'est cela aimer son prochain"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La prière "c'est cela aimer son prochain"

Message  maryline le Ven 4 Juin 2010 - 7:35



Je nous propose ce témoignage que j'aime beaucoup, il nous redit l'amour de Dieu pour chacun(e) de nous : Dieu est vainqueur du péché et de la mort par le sang précieux de Jésus Christ son Fils unique versé pour notre salut !

Ce témoignage nous redit également que la charité chrétienne , l'amour du prochain c'est aussi nos prières les uns pour les autres


Fuyons l'indifférence..le chacun pour soi....ayons à coeur de prier pour "tous" nos frères


Il pleuvait abondamment ce vendredi après-midi de mai 1995. Mon neveu
et moi-même, tous deux étudiants, nous abritions sous un petit parapluie. Mon mari nous accompagnait car nous avions des livres à prendre à l’Université Nationale de Colombie, à Bogota. Nous nous sommes dirigés vers des arbres pour éviter les flaques d’eau.

À ce moment-là, nous avons été tous les deux foudroyés. Mon neveu est mort sur le coup. Pour ma part, mon corps a été calciné de façon horrible, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. La foudre m’avait carbonisée, je n’avais plus de poitrine et pratiquement toute ma chair et une partie de mes côtes avaient disparu. La foudre est sortie par mon pied droit après avoir brûlé presque entièrement mon estomac, mon foie,mes reins et mes poumons. Je me trouvais donc en arrêt cardiaque, sans vie, mon corps ayant des soubresauts à cause de l’électricité qui le parcourait encore.

Une lumière extraordinaire
Mais ceci ne concerne que la partie physique de moi-même car, alors que ma chair était brûlée, je me retrouvais à cet instant dans un très beau tunnel de lumière blanche, remplie de joie et de paix ; aucun mot ne peut décrire la grandeur de ce moment de bonheur. À la fin du tunnel, je vis comme un soleil d’où émanait une lumière extraordinaire. Je la décrirai comme blanche pour vous en donner une certaine idée, mais en fait, aucune couleur sur terre n’est comparable à un tel éclat. J’y percevais la source de tout amour et de toute paix.

Alors que je m’élevais, je réalisais que je venais de mourir. J’ai pensé à mes enfants et je me suis dit : « Oh mon Dieu, mes enfants, que vont-ils penser de moi ? La maman très active que j’ai été n’a jamais eu de temps à leur consacrer ! » À cet instant de vide que j’éprouvais à cause de mes enfants, je vis quelque chose de magnifique : mon corps ne faisait plus partie de l’espace et du temps. En un instant, il m’était possible d’embrasser du regard tout le monde : celui des vivants et celui des morts. J’ai pu étreindre mes grands-parents et mes parents défunts. J’ai pu serrer contre moi tout le monde, c’était un si beau moment !



Sur une civière
Mais j’entendis la voix de mon mari qui pleurait et m’appelait en sanglotant : « Gloria, je t’en prie, ne pars pas ! Gloria, reviens ! N’abandonne pas les enfants, Gloria. » Je l’ai donc regardé et non seulement je l’ai vu, mais j’ai ressenti son profondchagrin. Et le Seigneur m’a permis de revenir, bien que ce ne fût pas mon souhait. J’éprouvais une si grande joie, tant de paix et de bonheur ! Et voilà que je descendis lentement vers mon corps où je gisais sans vie. Il reposait sur une civière. Je me posai près de ma tête et je ressentis comme un choc qui m’entraîna violemment à l’intérieur de mon corps. Ce fut douloureux car cela faisait des étincelles de toutes parts. Je me vis intégrer quelque chose de si étroit. Mes chairs meurtries et brûlées me faisaient mal. Elles dégageaient de la fumée et de la vapeur.

Mais la blessure la plus horrible était celle de ma vanité. J’étais une femme du monde, cadre, intellectuelle, une étudiante esclave de son corps, de la beauté et de la mode. Je faisais de la gymnastique quatre heures par jour, pour avoir un corps svelte : massages, thérapies, régimes en tous genres, etc.

J’étais terrifiée
Lorsque je sortais avec mes camarades de l’université, je leur disais que Dieu n’existait pas et que nous étions le produit de l’évolution. Mais à cet instant, là, dans la salle
d’opération, j’étais vraiment terrifiée. Je voyais des démons venir vers moi. Des murs du bloc opératoire, je vis surgir beaucoup de monde. Au premier abord, ils semblaient normaux, mais en fait, ils avaient des visages haineux, affreux. Je compris que le péché n’est pas gratuit et que le mensonge le plus infâme du démon, c’est de faire croire qu’il n’existe pas. Je les voyais tous venir me chercher, imaginez ma frayeur !

Je vis au sol comme un gigantesque gouffre s’ouvrir et je vis un vide immense, un abîme sans fond. Le plus horrible concernant ce trou béant était que l’on y ressentait l’absence absolue de l’amour de Dieu, sans le moindre espoir. Le trou m’aspira et j’étais terrifiée. Je savais que si j’allais là-dedans, mon âme en mourrait. J’étais tirée vers cette horreur, on m’avait saisie par les pieds. Mon corps entrait désormais dans ce trou et ce fut un moment d’extrême souffrance et d’épouvante. Mon athéisme me quitta et je commençais à crier vers les âmes du Purgatoire pour avoir de l’aide. Tandis que je hurlais, je ressentis une douleur très intense car il me fut donné de comprendre que des milliers et des milliers d’êtres humains se trouvaient-là, surtout des jeunes.

Je vis des marches au-dessus du trou et je reconnus mon père, décédé cinq ans auparavant. Toute proche et quatre marches plus haut, se tenait ma mère en prière, baignée par davantage de lumière. Les apercevoir me remplit de joie et je leur dis : « Papa, maman, sortez-moi de là ! Je vous en supplie, sortez-moi de là ! » Quand ils se penchèrent vers ce trou, vous auriez dû voir leur immense chagrin. Mon père se mit à
pleurer en tenant la tête dans ses mains : « Ma fille, ma fille ! » disait-il. Maman priait et je compris qu’ils ne pouvaient me sortir de là ; ma peine s’accrut de la leur,
puisqu’ils partageaient la mienne.

Une seconde chance
Je revis alors en un instant ma vie passée, lorsqu’un de mes patients me dit une fois : « Docteur, vous êtes très matérialiste, et un jour, vous aurez besoin de ceci : en cas de danger imminent, demandez à Jésus-Christ de vous couvrir de son sang, parce que jamais Il ne vous abandonnera. Il a payé le prix du Sang pour vous. »

Avec une honte immense, je me mis à sangloter : « Seigneur Jésus, ayez pitié de moi ! Pardonnez-moi, donnez-moi une seconde chance ! » Et le plus beau moment de ma vie se présenta alors à moi, il n’y a pas de mots pour le décrire. Jésus vint et me tira du puits. Il me souleva et toutes ces horribles créatures s’aplatirent au sol. Quand il me déposa, il me dit avec tout son amour : « Tu vas retourner sur terre, je te donne une seconde chance. » Mais il précisa que ce n’était pas à cause des prières de ma famille. « Il est juste de leur part d’implorer pour toi. C’est grâce à l’intercession de tous ceux qui te sont étrangers et qui ont pleuré, prié et élevé leur cœur avec un profond amour pour toi. »

Et je vis beaucoup de petites lumières s’allumer, telles des petites flammes d’amour. Je vis des personnes qui priaient pour moi. Mais il y avait une flamme beaucoup plus grande, c’était celle qui me donnait le plus de lumière et de laquelle jaillissait le plus d’amour. J’essayais de distinguer qui était cette personne. Le Seigneur me dit : « Celui qui t’aime tant ne te connaît même pas. » Il m’expliqua que cet homme avait lu une coupure de presse, la veille. C’était un pauvre paysan qui habitait au pied de la Sierra Nevada de Santa Marta (au nord-est de la Colombie). Ce pauvre homme était allé en ville acheter du sucre de canne. Le sucre avait été emballé dans du papier journal et il avait vu ma photo, toute brûlée que j’étais. Lorsque l’homme me vit ainsi, sans même avoir lu l’article en entier, il tomba à genoux et commença à sangloter avec un profond amour. Il dit : « Seigneur, ayez pitié de ma petite sœur. Seigneur, sauvez-la. Si vous la sauvez, je vous promets que j’irai en pèlerinage au sanctuaire de Buga (dans le sud-ouest de la Colombie). Mais je vous en prie, sauvez-la. »

Il offrait de traverser toute une région pour quelqu’un qu’il ne connaissait même pas ! Et le Seigneur me dit : « C’est cela, aimer son prochain. » Et il ajouta : « Tu vas repartir (sur terre) et tu donneras ton témoignage, non pas mille fois, mais mille fois mille fois. » Ce témoignage, mes frères et sœurs, n’est pas une menace. Le Seigneur n’a pas besoin de nous menacer. C’est une chance qui se présente à vous, et Dieu merci, j’ai vécu ce qu’il m’a fallu vivre !

Et nous nous verrons tous comme nous sommes ! La seule différence, c’est que nous ressentirons nos pensées en la présence de Dieu. Le plus beau, c’est que le Seigneur sera face à chacun de nous, mendiant toujours notre conversion afin que nous devenions une nouvelle créature avec Lui, car sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

source





Où sont amour et charité, Dieu lui-même est présent,
Car l’amour est de Dieu, car Dieu est amour
.

Cœur de Jésus brûlant d’amour,
embrase-nous par ton Esprit,
que nos cœurs soient semblables au tien,
que nous brûlions de charité.


Dernière édition par maryline le Ven 17 Sep 2010 - 13:27, édité 1 fois

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10984
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 52
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La prière "c'est cela aimer son prochain"

Message  Marie le Ven 4 Juin 2010 - 9:44

La femme qui craint le Seigneur est seule digne de louange; ses enfants la bénissent, son mari fait son éloge. ( cf Pr 31, 30,28)

"Femmes , ce qu'il vous faut ce n'est pas seulement la beauté extérieure...mais au fond de Vous-mêmes , une âme qui ne perd jamais sa douceur et son calme."
extrait de la Première lettre de Saint Pierre Apôtre (3, 1-6,9)

Merci Maryline pour nous avoir envoyés ce beau témoignage ;
Que Dieu nous préserve d'arriver à un tel drame pour qu'enfin nous comprenions combien il est important de croire en Lui.
Dans ce monde où tout est paraître , nous devons nous préserver sans cesse de tout qui est factice , nous débarasser du faire semblant pour aller au plus profond de nous mêmes et lier de vraies rencontres basées sur une foi véritable , pas seulement lorsqu'on va à la messe ou en cession ou autre rencontre avec des croyants qui adhèrent et nous comprennent , le plus dur c'est de témoigner et rendre le Christ Vivant partout où nous sommes;
D'abord en premier lieu dans ma famille : suis-je vraiment témoin du Christ aimant par mon attitude , suis-je une maman douce et patiente avec mes enfants? ESt-ce que je garde toujours mon calme à toute épreuve.
Oui Seigneur je suis consciente que j'ai encore du chemin à faire pour te suivre vraiment !
Ensuite, lorsque je rencontre mes amis qui ne croient pas forcément en Dieu , est-ce que je garde une attitude en accord avec ma foi ; est-ce que je pense à leur dire combien Jésus m'aime et réciproquement.
OUi , nous pouvons , nous devons même être beaux et belles extérieurement car nous sommes la création de Dieu et en s'aimant c'est Dieu même qu'on apprend à aimer et :
pour aimer les autres il faut d'abord s'aimer soi-même.


Seigneur ,aide-moi à changer mon être intérieur , je veux resplendir de ton amour , j'aimerais que tu vois en moi un amour grandissant pour mieux me donner aux autres comme toi tu le désires; car je suis ton enfant et que tu m'aimes d'un amour infini.
Amen!
avatar
Marie
Membre
Membre

Messages : 81
Date d'inscription : 19/04/2010
Age : 54
Localisation : Tampon

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum