bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Jean lui avait dit : « Tu n'as pas le droit de vivre avec elle. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean lui avait dit : « Tu n'as pas le droit de vivre avec elle. »

Message  maryline le Sam 2 Aoû 2014 - 7:07

Samedi 2 août


Evangile selon saint Matthieu chapitre 14 versets 1 à 12

« Hérode cherchait à le mettre à mort, mais il eut peur de la foule »

Mais Hérode craindrait-il plus encore la fille d’Hérodiade ? Revenir sur un serment pour des raisons éthiques évidentes était-il plus difficile que d’affronter la foule ? Hérode me rappelle que la peur comme moteur de mes actions n’est pas bonne compagne de vie. Ce qui est fait sous la contrainte ne peut être ni vrai ni juste. Or, le Christ nous a délivrés de la mort, de la peur, pour qu’en Lui nous trouvions la vérité qui rend libre. Il nous a rendus libres d’agir pour le bien, selon notre conscience et nos convictions, afin de dilater notre cœur à l’infini de Dieu. Ce qui peut nous emmener très loin… jusqu’à mourir d’amour pour la Vérité !(1 Co 13,4)


_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10984
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 52
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean lui avait dit : « Tu n'as pas le droit de vivre avec elle. »

Message  maryline le Sam 2 Aoû 2014 - 7:12

Mt 14, 1-12

Hérode s’est laissé tourner la tête par la danse de la fille d’Hérodiade. Son jugement en a été affecté, et Jean le Baptiste l’a payé de sa vie. Combien de fois, dans l’histoire du monde, cette scène s’est-elle répétée ? L’homme, dans sa faiblesse, devient esclave de ses désirs, et en vient parfois à vendre ce qu’il y a de plus grand (la vie elle-même) pour obtenir l’objet de sa convoitise. Il peut nous arriver, à nous aussi, d’être prêts à sacrifier beaucoup de choses, pour obtenir l’objet de nos désirs dans des instants de grande tentation. Il peut nous être utile alors de bien nous connaître, pour savoir discerner ce qui nous tente le plus, ce devant quoi nous sommes le plus faible, et prêt à succomber…

Un autre travers d’Hérode nous guette, dans la façon que nous avons de voir la personne du Christ. La complexité de l’identité de Jésus fait qu’il nous est bien difficile de savoir reconnaître tout ce qu’il est, et que nous avons parfois le désir de le réduire à un prophète, un prédicateur, un médiateur… Effectivement, le personnage du Christ ne peut être contenu dans nos catégories humaines : il nous faut accepter de croire qu’Il est Dieu, ayant pris pleinement sur lui notre humanité. Faiblesse et force font son caractère, humilité et puissance se retrouvent en Lui. Ainsi, nous ne pouvons le comprendre avec notre intelligence seulement : il nous faut l’accueillir dans la foi.

Cet accueil nous oblige à lui laisser une place particulière dans nos vies. Ferons-nous comme Hérode, qui préfère voir en lui une sorte de réincarnation d’un prophète mort, ou choisirons-nous plutôt de voir en lui le Seigneur lui-même, qui agit pour le bien des hommes ? Ce n’est que notre aveuglement qui nous empêchera de le reconnaître tel qu’il est réellement.

L’aveuglement d’Hérode est dû à son crime. Mais de la même manière, nos péchés ne nous empêchent-ils pas de voir en Jésus Celui qu’Il est en vérité ? Lorsque nous succombons à la tentation, nous nous éloignons de ce que Dieu attend de nous. C’est alors que nous ne sommes plus capables de reconnaître en Lui le Sauveur. Chaque fois que nous succombons, notre péché nous aveugle un peu plus sur le Christ. Au lieu d’y voir un guérisseur, nous y voyons peu à peu la réincarnation d’un prophète mort, qui n’a plus d’importance dans notre vie. Il devient alors urgent, conscients de nos faiblesses, de nous confier à sa miséricorde, et de nous laisser éclairer par le sacrement rédempteur du pardon.
Abbé Benoît De Roeck (Perpignan)

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10984
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 52
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum