bienvenue.gif




liens utiles

Site du VATICAN

Parole du jour

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon








http://res.cloudinary.com/aleteia/image/upload/new-toolbar/aleteia-fr.png





http://www.ilebouchard.com/wp-content/uploads/2013/11/logo-KTO.jpg


http://www.coopdonbosco.be/inforcoop/nt/images/052014/8.jpg




hymne
avec Facebook

Verset du 12 Août « si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des cieux."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Verset du 12 Août « si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des cieux."

Message  maryline le Mar 12 Aoû 2014 - 7:53

les enfants sont simples et pleins de confiance et surtout, ils ne sont pas encore atteints par le vice de l’orgueil, le pire de tous. C’est ce qu’enseignait saint Augustin : « Si vous me demandez quelle est la chose essentielle dans la religion et la discipline de Jésus-Christ, je répondrais : d’abord l’humilité, ensuite l’humilité, enfin, l’humilité ». Et c’est parce que l’enfant est l’image de l’innocence, de la pureté, de la simplicité de Notre Seigneur que recevoir un enfant au nom de Jésus revient à recevoir Jésus lui-même.


Comment donc, en devenant comme cet enfant, deviendrai-je le plus puissant dans le Royaume des Cieux ?
Jésus nous le dit clairement : par une véritable humilité. Tout enfant sait qu’il dépend de ses parents. Le premier pas dans notre sainteté personnelle est d’accepter humblement que nous dépendons totalement de Dieu. Sans Lui, nous n’existerions pas. Sans lui, nous ne pouvons rien faire. Voilà le pas fondamental et le premier vers la véritable grandeur.
A l’heure où un certain courant théologique voudrait que tous, nous soyons sauvés quelle que soit la vie que nous ayons menée, quelle que soit notre ouverture à la vraie parole du Christ de notre vivant, par un oui magique au Seigneur au moment de la mort, acceptons d’entendre que certaines attitudes ferment la porte du Royaume des Cieux. Le désir de supériorité, le goût du pouvoir, l’orgueil, l’autosuffisance, le mépris du prochain… Autant d’attitudes qui nous éloignent de l’enfance spirituelle aimée par le Christ. Cesser de croire que l’homme ne fera que progresser dans la connaissance et la maîtrise des technologies, dont certaines finissent par ne plus servir à rien, accepter de reconnaître que nous ne sommes que poussière face à l’immensité de la sagesse du Père… Il ne s’agit pas de prôner l’ignorance. Il s’agit de nous sentir toujours un petit enfant du Père, de chercher dans la prière sans relâche Sa propre Volonté sur nous et de nous y abandonner, dans la grâce de l’Esprit Saint, car Dieu sait bien mieux que nous ce qui est bon pour nous.

Oui Papa, je suis à Toi. Prends soin de ton enfant, couvre-le de ton manteau d'amour et de tendresse pour que les traits de l'ennemi ne puissent atteindre, Papa dans ta tendresse, habille-moi d'un vêtement de feu pour que je ne sois que disponibilité à Ton Esprit Saint. Pour cela, Papa donne-moi un coeur de pauvre, fidèle et chaste, docile et toujours ouvert " Cor apertum ". Papa, Bon Dieu, je me laisse caresser par Toi et consoler, car Tu consoles tes enfants et les caresses, comme une mère… Tu es Dieu de tendresse et d'amour, tu me bordes et tu me berces. Tu es responsable Papa de tes enfants. Aussi aux passages difficiles, Tu les portes comme un homme porte son fils.  Béni es-tu et Gloire à Toi, car Tu n'abandonnes jamais un de tes enfants, même si cela arrive par impossible à une mère, qui allaite son enfant (Is 49, 15-16). Mais chacun peut lâcher ta main et vouloir faire sa route tout seul, comme un grand (Is 41,13). Papa ne me lâche pas la main, serre la mienne bien fort dans la tienne. Même si je lâche un jour ta main, je sais que tu déborderas toujours de tendresse pour moi (Jér 30,20) C'est Toi qui viendras vers moi comme Tu as couru vers ton fils perdu et retrouvé car ton amour n'a pas de limite tu nous retrouveras toujours (Lc 15,11 fin). Toi tu ne sais Papa Bon Dieu que pardonner, Tu es pardon et on nous a enseigné que Tu punissais, que Tu te vengeais " Le bras vengeur de ton fils, ton courroux " Papa, pardon pour l'ignorance de ton Amour, de Ta Miséricorde, Toi, qui es Dieu de tendresse et d'Amour. Non jamais tu ne punis un de tes enfants. Lui-même se punit suffisamment en t'abandonnant !... Tu es le Dieu fidèle. Papa Bon Dieu, comme tous les enfants, tes enfants connaissent l'échec ; tous un jour se trompent, font des erreurs. Toi par l'échec,( la maladie est un échec) tu permets à tes enfants de rester humble de découvrir qu'ils sont des humains, qu'ils ne connaissent pas tout... nos espoirs sont parfois déçus...nos espoirs ne se réalisent pas. Cependant nos échecs peuvent nous grandir " homme de peu de foi…" nous conduisant à un abandon plus grand, à un renoncement, à un acte d'humilité qui nous donne un cœur de pauvre. L'échec devient source de grâces et il produit son fruit : une confiance plus solide en Dieu, mon Père.

prière de Pierre Jarry, prêtre

_________________
Blog : Une Parole pour ta route
Site du doyenné :
Doyenné du Tampon
Page Facebook : Mary line


avatar
maryline
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 10984
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 52
Localisation : France outremer

http://avecmariepourjesus.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum